of 146 /146
Provence-Alpes-Côte d'Azur reste une région attractive PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR Novembre 2010 RAPPORT D'ÉTUDE N° 31

Provence-Alpes-Côte d'Azur reste une région attractive · 2018-04-18 · On constate que la population de la région Paca continue d’augmenter fortement. Provence-Alpes-Côte

  • Author
    others

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Provence-Alpes-Côte d'Azur reste une région attractive · 2018-04-18 · On constate que la...

  • Provence-Alpes-Côte d'Azurreste une région attractive

    PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

    N o v e m b r e 2 0 1 0

    RAPPORT D'ÉTUDE

    N° 31

  • DIRECTEUR DE LA PUBLICATIONRenan Duthion

    AUTEURSJunel BernardJean-Philippe de Plazaola

    RÉDACTEUR EN CHEFClaire Joutard

    Cette étude a été réalisée dans le cadre d'un partenariatavec la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

    Provence-Alpes-Côte d'Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d'étude n° 31 - Novembre 2010© Insee - Région Paca 2010

  • SOMMAIRE Introduction.............................................................................................................................................. 3

    Partie 1 : Les migrations résidentielles entre la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et le reste de la France métropolitaine......................................................................................................5 Synthèse 1 : Paca reste une région attractive......................................................................................... 7

    Une région moins attractive que ses voisines du sud de la France ................................................................... 7 Un solde migratoire qui ralentit .......................................................................................................................... 8 Paca sait retenir ses habitants........................................................................................................................... 8 Paca gagne des habitants du Nord et en perd avec les autres régions du Sud................................................. 9 Au jeu des migrations, Paca gagne surtout des personnes de 30 à 44 ans et de 55 à 69 ans.......................... 9 De nombreux couples supplémentaires........................................................................................................... 10 Les migrations relèvent le niveau de diplôme de la population........................................................................ 11 Au jeu des migrations, Paca gagne beaucoup d’actifs et peu de retraités....................................................... 11 En revanche, elle perd des étudiants............................................................................................................... 12 La région retient ses cadres............................................................................................................................. 12

    Fiche 1-1 : Soldes et comparaisons régionales .................................................................................... 13 Fiche 1-2 : Échanges par âge ............................................................................................................... 21 Fiche 1-3 : Échanges par type de famille .............................................................................................. 23 Fiche 1-4 : Échanges par niveau de diplôme........................................................................................ 25 Fiche 1-5 : Échanges par type d’activité ............................................................................................... 27 Fiche 1-6 : Échanges par catégorie socioprofessionnelle..................................................................... 29

    Partie 2 : Les migrations entre les territoires de Provence-Alpes-Côte d'Azur.......................31 Synthèse 2 : Les migrations des espaces régionaux de Paca.............................................................. 33

    Les migrations accroissent fortement la population de l’espace rural .............................................................. 33 Les habitants de Paca s’éloignent des grandes villes-centre........................................................................... 38

    Fiche 2-1 : Espace urbain et aires urbaines.......................................................................................... 47 Fiche 2-2 : Échanges des espaces ruraux régional et départementaux............................................... 51 Fiche 2-3 : Échanges externes et internes de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence ................ 65 Fiche 2-4 : Échanges externes et internes de l’aire urbaine de Nice.................................................... 81 Fiche 2-5 : Échanges externes et internes de l’aire urbaine de Toulon................................................ 97 Fiche 2-6 : Échanges externes et internes de l’aire urbaine d’Avignon .............................................. 111

    Partie 3 : Focus ....................................................................................................................125 Question 1 : Qui sont les habitants que perd Paca sur le Languedoc-Roussillon ?....................................... 127 Question 2 : Qui sont les étudiants que perd Paca ? ..................................................................................... 129 Question 3 : Qui sont les actifs en emploi en 2006 que gagne Paca ? .......................................................... 131 Question 4 : Qui sont les personnes qui arrivent de l’étranger pour s’installer dans la région ? .................... 133 Question 5 : Les retours au pays sont-ils importants en Paca ? .................................................................... 135

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 1

  • Annexes ...............................................................................................................................137 Méthodologie ....................................................................................................................................... 139

    Définition des concepts.................................................................................................................................. 139 Changements ayant affecté ces concepts entre 1999 et 2006 ...................................................................... 139 Effets ou conséquences de ces changements............................................................................................... 140 Préconisations ............................................................................................................................................... 140 Zonages privilégiés ........................................................................................................................................ 141 Indicateurs privilégiés .................................................................................................................................... 141 Régions et aires urbaines de comparaison.................................................................................................... 144

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 2

  • Introduction Nouveaux arrivants dans la région en provenance d’autres régions françaises, départs vers d’autres régions ou changements de résidence à l’intérieur du territoire régional : le niveau élevé des flux migratoires en Provence-Alpes-Côte d’Azur continue d’interpeller les institutions publiques territoriales sur les actions à engager en matière d’aménagement du territoire. Les nouveaux arrivants et les mouvements internes de population modifient-ils les grandes caractéristiques démographiques de notre région ? Font-il vieillir la population plus vite ? Où ces migrants s’installent-ils ? Quels sont les territoires qui attirent les cadres, les jeunes ou les familles ? Quelles sont les infrastructures à développer et dans quels territoires ? L’Insee s’associe ici à la démarche de révision du Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT) engagée fin 2009 par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, en mobilisant les données statistiques issues du Recensement de la population. Ces informations sont analysées par des statisticiens de l’Insee et avec le concours d’experts territoriaux des services de la Région. Ce rapport d’étude repose sur l’observation des mouvements migratoires en France métropolitaine entre 2001 et 2006. Les migrations résidentielles y sont abordées pour l’ensemble de la région Paca mais aussi pour les grandes aires urbaines de la région ; celles de Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon font l’objet d’un chapitre particulier. On constate que la population de la région Paca continue d’augmenter fortement. Provence-Alpes-Côte d’Azur attire des habitants du Nord et de la région parisienne, mais en perd avec les autres régions du sud de la France. Paca gagne surtout des personnes de 30 à 44 ans et de 55 à 69 ans, souvent en emploi et en couple. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’espace urbain a gagné de nombreux habitants (40 000 en cinq ans), uniquement grâce à ses échanges avec les autres régions. Mais c’est dans l’espace rural que les migrations accroissent le plus notablement la population. Les espaces ruraux gagnent autant d’habitants par leurs échanges avec les autres régions, que par leurs échanges avec les pôles urbains de Paca. Brignoles, Fréjus et Draguignan sont les trois aires urbaines de la région qui gagnent le plus d’habitants au jeu des migrations résidentielles. Elles font partie des 40 aires urbaines de métropole subissant les plus forts impacts positifs de ces mouvements : une part importante de leur population n’y résidait pas cinq ans auparavant. Dans toutes les grandes aires urbaines de la région, on assiste à la poursuite de l’étalement urbain, une part croissante des habitants des pôles urbains s’installant au sein de l’espace périurbain ou de l’espace rural. Les mouvements migratoires sont responsables de la majorité, voire, pour certains territoires, de la totalité des augmentations de population. Pourtant, en cinq ans, ils en modifient peu les structures. Pour chacun des territoires d’étude, de nombreux thèmes sont explorés. Ils fournissent de précieuses informations pour l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques intéressant tous les niveaux territoriaux. Citons à titre d’exemple, quelques enjeux et questions découlant de cette étude.

    • Comment prendre en compte une arrivée d’actifs, désormais quantifiée, notamment de jeunes couples avec enfants, dans le déploiement territorial des politiques de l’emploi et du développement économique, de l’éducation et de la culture, du logement et des services ?

    • Le constat de l’étalement urbain, peu compatible avec le concept de développement durable du fait de la consommation d’espace et de l’accroissement des déplacements domicile-travail qu’il implique, doit-il être maitrisé ? Faut-il au contraire l’accompagner, voire l’encourager par le développement d’infrastructures de liaison avec les villes centres et l’implantation de services locaux ?

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 3

  • • Le phénomène de migration des personnes retraitées dans l’espace rural, qui semble être un phénomène de fond, ne doit-il pas inciter au maintien ou au renforcement des services à la personne et de l’accès aux soins dans ces espaces ?

    • Comment interpréter la perte significative d’étudiants par la région ? Cela tient-il à la qualité et

    à la nature des enseignements ? Aux conditions d’accès aux services et au logement pour les étudiants ? Comment enrayer ce mouvement ?

    Cette étude constitue donc un apport de connaissance important, dans lequel tous les acteurs territoriaux pourront puiser une information de référence leur permettant de construire leurs actions. Situer la nature et l’ampleur des phénomènes migratoires permet d’anticiper sur les besoins à venir et de s’interroger sur la nécessité d’en infléchir le cours au travers de la localisation des investissements publics requis. Ce questionnement interpelle tous les échelons territoriaux dans la définition de schémas d’aménagement et de développement adaptés aux dernières évolutions connues. Le service rendu à la population ne pourra qu’y gagner en efficacité et qualité.

    Variation de densité lissée entre 1999 et 2006 (en habitants par km²)

    Saintes-Maries-de-la-Mer

    Avignon

    Marseille

    Aix-en-Provence Fréjus

    Cannes

    Nice

    Toulon

    Variation de densité de population lissée entre 1999 et 2006 - Région PACAEn nombre d'habitant par Km²

    128.47 ou plusde 55.78 à moins de 128.47de 28.54 à moins de 55.78de 16.17 à moins de 28.54de 8.43 à moins de 16.17de 2.99 à moins de 8.43de 0 à moins de 2.99moins de 0

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Mise en garde :

    L’analyse qui suit repose sur les seuls mouvements migratoires entre régions métropolitaines. Ils ne rendent pas compte de la dynamique globale d’évolution de population sur chaque territoire qui inclut le solde naturel (excédent des naissances sur les décès) et les mouvements avec l’étranger. Les situations des personnes ne sont connues qu’au moment de leur interrogation, à la date du recensement, et non à celui de leur migration, qui a pu avoir lieu jusque cinq ans auparavant. Par exemple, des migrations de cadres représentent en fait des migrations de personnes cadres en 2006 qui l'étaient déjà au moment de leur migration ou le sont devenues depuis.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 4

  • Partie 1 : Les migrations résidentielles entre la région Provence-Alpes-Côte

    d'Azur et le reste de la France métropolitaine

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 5

  • Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 6

  • Synthèse 1 : Paca reste une région attractive

    Une région moins attractive que ses voisines du sud de la France En cinq ans, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a gagné 64 000 habitants au jeu des migrations avec les autres régions de France métropolitaine, soit 12 800 habitants de plus en moyenne chaque année. Sur 100 habitants en 2006, cela représente un gain de 1,4 habitant sur cinq ans. Les régions du nord et de l’est de la France perdent des habitants au profit des régions du sud et de l’ouest. Paca est cependant moins attractive que ses voisines du sud : Languedoc-Roussillon (4 habitants supplémentaires pour 100 présents en 2006), Midi-Pyrénées (3,2), Aquitaine (2,8) et Corse (2,6). Elle l’est également moins que toutes les régions de la façade atlantique.

    Soldes migratoires relatifs des échanges entre les régions métropolitaines en cinq ans (en %)

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Nord-Pas-de-Calais

    Haute-NormandiePicardie

    Basse-Normandie

    Rhône-Alpes

    Auvergne

    Aquitaine

    Midi-Pyrénées

    Languedoc-Roussillon

    Provence-Alpes-Côte d'Azur

    Limousin

    Île-de-France

    Champagne-Ardenne

    Lorraine

    Bourgogne Franche-Comté

    Centre

    Alsace

    Pays de la Loire

    Bretagne

    Poitou-Charentes

    Corse

    3 et plus1,5 à moins de 30 à moins de 1,5de -1,5 à moins de 0moins de -1,5

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 7

  • Un solde migratoire qui ralentit

    Entre 1999 et 2006, les migrations se sont intensifiées le long de la façade atlantique et dans le Sud-Ouest. L’attractivité des régions Midi-Pyrénées et Bretagne s’est particulièrement accentuée durant cette période. En revanche, tout en restant attractive, Paca gagne moins de population chaque année au jeu des migrations qu'entre 1990 et 1999. Ce ralentissement, amorcé dès les années 90, se poursuit. Il distingue la région de l’ensemble des autres régions du sud de la France qui ont toutes vu leur solde migratoire interrégional continuer à augmenter. À l’image de Paca, l’attractivité de certaines autres régions, comme le Centre, la Bourgogne et l’Alsace, a également diminué.

    Paca sait retenir ses habitants

    Flux d’entrées et de sorties de la région en cinq ans

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    S ce : Insee - Recensement de la Population 2006

    8 690

    6 230

    ©IG

    N-In

    see

    2010

    © IG

    N-In

    see

    2010

    En moyen51 100 lalimitrophenettementles départParmi lesêtre consiest compélevée qu La régioninstallés aplus attratraduit unhabitants à un phénCompte tedans de nstock) esLimousin,

    Provence-Al© Insee - Ré

    Sou

    Source : Insee - Recensement de la Popu

    ne, 63 900 nouveaux habitants s’installent chaque an quittent. Les échanges sont les plus intenses avecs, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes. De la France plus importantes que les départs. À l’inverse, vers less sont plus nombreux que les arrivées. nouveaux arrivants, 13 % sont des personnes nées dérés comme des retours vers la région d’origine, proarable à celle de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pe pour l’Île-de-France (20 %) et le Nord-Pas-de-Calais

    attire relativement peu de nouveaux arrivants : pour 1u cours des cinq dernières années. Paca est ainsi sectives. Le taux de départs de la région est égalemene bonne capacité à retenir ses habitants : seules 6 peen 2006. Au final, si la région gagne des habitants au jeomène de rétention qu’à un fort pouvoir d’attraction snu de sa grande taille, les mouvements d’arrivées eombreuses autres régions françaises. L’intensité des

    t plus forte dans des régions de taille moins import etc.)

    pes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étudegion Paca 2010

    our

    4

    1

    49 000 16 000

    lation 2006

    née dans la région Paca tandis que l’Île-de-France et les deux régions du Nord vers Paca, les arrivées sont autres régions du sud de la France,

    en Paca ; ces mouvements peuvent visoires ou définitifs. Cette proportion yrénées ; elle est beaucoup moins

    (36 %).

    00 habitants en 2006, seuls 7 se sont ulement au 12e rang des régions les t faible : c’est le 9e plus faible. Ceci rsonnes ont quitté la région pour 100 u des migrations, c’est davantage dû

    ur les autres régions métropolitaines. t de départs sont plus modérés que flux migratoires (entrées + sorties /

    ante (Centre, Languedoc-Roussillon,

    n° 31 - Novembre 2010 8

  • Paca gagne des habitants du Nord et en perd avec les autres régions du Sud

    Au jeu des migrations, la région Paca est nettement bénéficiaire avec l’Île-de-France (+ 9 600 habitants par an), le Nord-Pas-de-Calais (+ 2 400), la Picardie (+ 1 300) et Rhône-Alpes (+ 1 200). À l’opposé, elle est déficitaire avec les régions du sud et du centre de la France, en particulier le Languedoc-Roussillon (- 2 800 habitants par an) et Midi-Pyrénées (-1 500). Les échanges avec les DOM font également perdre de la population à la région (- 300 habitants par an). Par rapport à la décennie précédente, la région gagne de plus en plus de Franciliens et de Picards. En revanche, elle perd de plus en plus d’habitants au profit de la Corse, du Languedoc-Roussillon, de Midi-Pyrénées, de l’Aquitaine et de l’Auvergne. Il est probable qu’une partie de ces mouvements correspondent à des retours au pays de « babyboomers » arrivés à l’âge de la retraite, notamment pour la Corse.

    Soldes avec les autres régions de métropole en cinq ans

    47 91015 970

    Poitou-Charentes

    Limousin

    BourgogneFranche-Comté

    Champagne-Ardenne

    Lorraine

    Pays de la Loire

    AuvergneRhône-Alpes

    PicardieHaute-Normandie

    Île-de-France

    Languedoc-Roussillon

    Midi-Pyrénées

    Centre

    Basse-Normandie

    Nord-Pas-de-Calais

    AlsaceBretagne

    Aquitaine Provence-Alpes-Côte d'Azur

    Corse

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Source : Insee- Recensement de la population 2006

    Au jeu des migrations, Paca gagne surtout des personnes de 30 à 44 ans et de 55 à 69 ans Dans la région, les arrivées et les départs ont lieu aux mêmes âges, le plus souvent entre 18 et 40 ans. En solde, la région Paca n’est déficitaire qu’entre 18 et 21 ans. Elle gagne surtout des personnes de 30 à 44 ans avec leurs enfants, ainsi que des seniors et jeunes retraités de 55 à 69 ans. Ces migrations modifient peu la structure par âge de la population : elles accroissent très légèrement la part des 30-44 et 55-69 ans (de 0,1 à 0,2 point) et diminuent tout aussi légèrement le poids des 15 à 29 ans et des plus de 70 ans.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 9

  • Entrants et Sortants en cinq ans par âge Solde sur cinq ans par âge

    10000

    80

    85

    90

    95

    100

    105

    80

    85

    90

    95

    100

    105

    s s

    De n

    87 %en coaccusansPacacoup Par afamil

    Proven© Inse

    Entrant

    8000 6000 4000 2000 0 2000

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    55

    60

    65

    70

    75

    Sou

    ombreux couples su

    S

    0

    Autres

    Famille monoparentale

    Personne vivant seule

    Couple sans enfant

    Couple avec enfant(s)

    Sou

    des habitants supplémenuple ; cette proportion n’e

    eille ainsi chaque année 1 enfant. figure parmi les régions ole. Parmi les personnes en

    illeurs, chaque année, lale monoparentale.

    ce-Alpes-Côte d’Azur reste une e - Région Paca 2010

    Sortant

    4000 6000 8000 1000 -1500 -1000 -500 0 500 1000 1500 20005

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    55

    60

    65

    70

    75

    rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    pplémentaires

    olde sur cinq ans par type de famille

    10000 20000 30000 40000 rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    taires provenant des mouvements migratoires vivent dans des familles st que de 68 % au sein de la population régionale stable. La région 1 400 personnes supplémentaires appartenant à un couple, avec ou

    ù les migrations accroissent le plus nettement la part des personnes en couple sans enfant, 63 % ont plus de 55 ans.

    région gagne environ 700 personnes vivant seules et 800 vivant en

    région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 10

  • Les migrations relèvent le niveau de diplôme de la population Au jeu des migrations, Paca gagne des personnes diplômées de tout niveau. Plus de 40 % sont cependant diplômés de l’enseignement supérieur. Plus précisément, sur un gain de 54 000 arrivants en cinq ans de plus de 14 ans, 42 % sont diplômés du supérieur (contre 21 % dans la population de Paca), 15 % bacheliers (contre 17 %), 19 % détenteurs d’un CAP ou BEP (contre 21 %) et 24 % sans diplôme ou possédant uniquement un BEPC (contre 41 %). En cinq ans, la région gagne ainsi 2,8 diplômés du 2e et 3e cycle sur 100 habitants ayant ce niveau d’étude. Par ailleurs, elle gagne aussi, en cinq ans, 2,5 diplômés du 1er cycle, et 2,1 titulaires d’un baccalauréat professionnel ou technologique, sur 100 en 2006. En Paca, les diplômés de l’enseignement supérieur représentent 21,5 % de la population des 15 ans ou plus en 2006 ; en l’absence de migrations, ils seraient 21,2 %. Les migrations permettent donc d’accroître la part des diplômés de l’enseignement supérieur de 0,3 point. Si cet effet reste faible, il est cependant significatif comparativement aux autres régions de province. Paca est la région de province qui gagne le plus de diplômés. Encore une fois, ce gain ne résulte pas d’un fort pouvoir d’attraction. Il s’explique davantage par la capacité de la région à retenir les diplômés.

    Au jeu des migrations, Paca gagne beaucoup d’actifs et peu de retraités

    Solde migratoire relatif par type d'activité en cinq ans (pour 100 personnes)

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006 0 0,5 1 1,5

    Retraités oupréretraités

    Chômeurs

    Actifs ayant un emploi

    2

    En cinq ans, les migrations ont apporté à la région 32 000 actifs de plus et 14 000 retraités. Cela correspond à 1,8 actif en emploi pour 100 présents en 2006, 1,8 chômeur et 1,3 retraité. Paca est une des régions qui gagne le plus d’actifs en emploi au jeu des migrations. En revanche, elle ne fait pas partie des régions qui, proportionnellement, gagnent beaucoup de retraités. En effet, bien qu’attractive pour ces derniers, elle est une des régions qui en perd aussi le plus : notamment 20 % vers le Languedoc-Roussillon, 15 % vers Rhône-Alpes et 10 % vers l’Île-de-France. L’effet des migrations sur la structure de la population régionale reste cependant faible (actifs occupés : + 0,14 point en cinq ans). À l’image de Paca, la part des actifs en emploi augmente grâce aux migrations en Picardie, Rhône-Alpes et surtout en Île-de-France. En revanche, les migrations contribuent à réduire cette part dans certaines régions très attractives comme le Languedoc-Roussillon ou Midi-Pyrénées.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 11

  • En revanche, elle perd des étudiants À l’inverse, les migrations ont fait perdre à Paca plus de 5 000 étudiants en cinq ans, ce qui correspond à 3 % de sa population étudiante en 2006. La part des étudiants baisse dans la région du fait des migrations. Ce n’est pas le cas en Île-de-France, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes. Dans le Languedoc-Roussillon, elle reste quasiment stable. Trois régions accueillent l’essentiel des étudiants qui quittent Paca : l’Île-de-France (30 %), Rhône-Alpes (20 %) et Languedoc-Roussillon (19 %).

    La région retient ses cadres

    Solde migratoire relatif par catégorie socioprofessionnelle en cinq ans (pour 100 personnes)

    - 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0

    3-Cadres, professions intel.sup.

    4-Professions intermédiaires

    5-Employés

    6-Ouvriers

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Les migrations augmentent le nombre d’actifs de toutes les catégories socioprofessionnelles. Ce sont surtout des employés et des professions intermédiaires qui s’installent dans la région, conformément à leurs poids respectifs dans la population active. Proportionnellement, ce sont les catégories socio-professionnelles de cadres et de professions intermédiaires qui sont les plus renforcés par les migrations. Pour 100 habitants de chacune de ces catégories en 2006, la région en a gagné 2,5 en cinq ans. Paca fait partie des régions où les migrations font augmenter la part des cadres. Comme pour les diplômés, ce gain s’explique par un fort pouvoir de rétention de la région et non une forte attractivité. En effet, les taux d’arrivées de cadres en Paca sont relativement faibles, mais les taux de départs également. Ce schéma se retrouve en Île-de-France, mais de manière amplifiée.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 12

  • Fiche 1-1 : Soldes et comparaisons régionales

    L’effet positif des migrations sur la population de Paca sur la période 2001-2006 reste important mais ralentit par rapport à 1990-1999 Paca ne figure pas parmi les régions où l’impact des migrations sur la population est le plus fort

    Classement des soldes migratoires régionaux métropolitains en cinq ans

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Auvergne

    Provence-Alpes-Côte d'AzurLanguedoc

    -Roussillon

    Basse-Normandie

    Haute-Normandie

    Île-de-France Champagne

    -Ardenne

    Picardie

    Lorraine

    Bourgogne Franche-Comté

    Midi-Pyrénées

    Centre

    Nord-Pas-de-Calais

    Alsace

    Pays de la Loire

    Bretagne

    Poitou-Charentes

    Aquitaine

    Limousin

    Rhône-Alpes

    Corse

    plus de 80 000de 40 000 à moins de 80 000de 0 à moins de 40 000de -40 000 à moins de 0moins de -40 000

    Région SoldeLanguedoc-Roussillon (91) 92 644 Aquitaine (72) 82 648 Midi-Pyrénées (73) 81 789 Bretagne (53) 72 883 Paca (93) 64 034 Pays de la Loire (52) 55 311 Rhône-Alpes (82) 39 066 Poitou-Charentes (54) 33 055 Auvergne (83) 15 282 Limousin (74) 11 378 Corse (94) 7 032 Centre (24) 4 263 Bourgogne (26) 702 Basse-Normandie (25) 1 792 - Franche-Comté (43) 6 985 - Alsace (42) 11 551 - Haute-Normandie (23) 19 521 - Picardie (22) 20 247 - Lorraine (41) 29 111 - Champagne-Ardenne (21) 29 485 - Nord-Pas-de-Calais (31) 77 023 - Ile-de-France (11) 364 373 -

    Note de lecture : au jeu des migrations, Paca a gagné en cinq ans 64 000 habitants supplémentaires.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 13

  • Soldes migratoires relatifs en cinq ans (par rapport à la population de la région)

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Nord-Pas-de-Calais

    Haute-NormandiePicardie

    Basse-Normandie

    Rhône-Alpes

    Auvergne

    Aquitaine

    Midi-Pyrénées

    Languedoc-Roussillon

    Provence-Alpes-Côte d'Azur

    Limousin

    Île-de-France

    Champagne-Ardenne

    Lorraine

    Bourgogne Franche-Comté

    Centre

    Alsace

    Pays de la Loire

    Bretagne

    Poitou-Charentes

    Corse

    3 et plus1,5 à moins de 30 à moins de 1,5de -1,5 à moins de 0moins de -1,5

    RégionSoldes

    migratoires relatifs (en %)

    Languedoc-Roussillon (91) 4,0Midi-Pyrénées (73) 3,2Aquitaine (72) 2,8Corse (94) 2,6Bretagne (53) 2,5Poitou-Charentes (54) 2,1Pays de la Loire (52) 1,7Limousin (74) 1,7Paca (93) 1,4Auvergne (83) 1,2Rhône-Alpes (82) 0,7Centre (24) 0,2Bourgogne (26) 0,0Basse-Normandie (25) -0,1Franche-Comté (43) -0,7Alsace (42) -0,7Picardie (22) -1,2Haute-Normandie (23) -1,2Lorraine (41) -1,3Nord-Pas-de-Calais (31) -2,1Champagne-Ardenne (21) -2,4Ile-de-France (11) -3,5

    Note de lecture : au jeu des migrations, Paca a gagné en cinq ans 1,4 habitant pour 100 présents en 2006.

    Beaucoup de départs et d’arrivées en Paca

    Entrées et sorties relatives en cinq ans (par rapport à la population de la région) Région

    Entrées relatives (en %)

    Sorties relatives (en%)

    Solde relatif (en %)

    Languedoc-Roussillon (91) 10,2 6,3 4,0Midi-Pyrénées (73) 8,7 5,5 3,2Aquitaine (72) 8,1 5,3 2,8Corse (94) 8,1 5,6 2,6Bretagne (53) 7,7 5,1 2,5Poitou-Charentes (54) 8,8 6,7 2,1Pays de la Loire (52) 7,5 5,8 1,7Limousin (74) 8,6 7,0 1,7Paca (93) 7,2 5,7 1,4Auvergne (83) 7,3 6,0 1,2Rhône-Alpes (82) 5,6 4,9 0,7Centre (24) 8,5 8,3 0,2Bourgogne (26) 7,6 7,5 0,0Basse-Normandie (25) 6,7 6,8 -0,1Franche-Comté (43) 5,8 6,5 -0,7Alsace (42) 4,3 5,0 -0,7Picardie (22) 7,0 8,2 -1,2Haute-Normandie (23) 5,8 6,9 -1,2Lorraine (41) 4,2 5,5 -1,3Nord-Pas-de-Calais (31) 2,8 4,9 -2,1Champagne-Ardenne (21) 5,9 8,3 -2,4Ile-de-France (11) 5,1 8,6 -3,5

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006 Note de lecture : en cinq ans, 7,2 habitants sont venus s’installer en région Paca, pour 100 y résidant en 2006, tandis que 5,7 l’ont quittée.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 14

  • Intensité des migrations interrégionales (en effectifs) Intensité relative des migrations

    Région Intensité des migrations en nombre de migrationsIle-de-France (11) 1 417 062 Rhône-Alpes (82) 584 880 Paca (93) 574 871 Pays de la Loire (52) 422 720 Centre (24) 393 419 Aquitaine (72) 389 579 Languedoc-Roussillon (91) 386 325 Bretagne (53) 368 189 Midi-Pyrénées (73) 365 442 Nord-Pas-de-Calais (31) 285 963 Picardie (22) 267 371 Poitou-Charentes (54) 248 096 Bourgogne (26) 229 527 Haute-Normandie (23) 212 915 Lorraine (41) 209 449 Basse-Normandie (25) 182 283 Champagne-Ardenne (21) 177 349 Auvergne (83) 166 456 Alsace (42) 156 009 Franche-Comté (43) 130 898 Limousin (74) 106 658 Corse (94) 37 658

    Région Intensité relative des migrations (en %)Centre (24) 16,8 Languedoc-Roussillon (91) 16,5 Limousin (74) 15,6 Poitou-Charentes (54) 15,5 Picardie (22) 15,2 Bourgogne (26) 15,1 Champagne-Ardenne (21) 14,2 Midi-Pyrénées (73) 14,2 Corse (94) 13,7 Ile-de-France (11) 13,6 Basse-Normandie (25) 13,4 Aquitaine (72) 13,4 Auvergne (83) 13,3 Pays de la Loire (52) 13,3 Paca (93) 12,9 Bretagne (53) 12,8 Haute-Normandie (23) 12,7 Franche-Comté (43) 12,3 Rhône-Alpes (82) 10,6 Lorraine (41) 9,7 Alsace (42) 9,4 Nord-Pas-de-Calais (31) 7,7

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006 Note de lecture : en cinq ans, 1 417 000 personnes se sont installées en région Île-de-France ou l’ont quittée. Cela représente 13,6 % de sa population en 2006.

    Intensité relative des migrations (en %) et solde migratoire relatif (en %)

    Ile-de-France (11)

    Champagne-Ardenne (21)

    Picardie (22)

    Haute-Normandie (23)

    Centre (24)

    Basse-Normandie (25)

    Bourgogne (26)

    Nord-Pas-de-Calais (31)

    Lorraine (41)

    Alsace (42)

    Franche-Comté (43)

    Pays de la Loire (52)

    Bretagne (53)

    Poitou-Charentes (54)

    Aquitaine (72)

    Midi-Pyrénées (73)

    Limousin (74)

    Rhône-Alpes (82)

    Auvergne (83)

    Languedoc-Roussillon (91)

    Corse (94)

    Paca (93)

    6,0

    8,0

    10,0

    0

    0

    16,0

    18,0

    -4,0 -3,0 -2,0 -1,0 0,0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0

    12,

    14,

    Intensité relative des migrations

    Solde migratoire relatif Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Notes de lecture : lorsqu’on met en regard l’intensité relative des migrations et le solde migratoire relatif des régions, quatre groupes se détachent :

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 15

  • o Un groupe de régions qui perdent des habitants au jeu des migrations mais avec peu de mouvements d’arrivées et de départs : Nord-Pas-de-Calais, Lorraine et Alsace.

    o Un groupe de régions qui perdent des habitants sous l’effet de nombreux mouvements : notamment Champagne-Ardenne, Île-de-France, Picardie, Basse-Normandie.

    o Un groupe de régions dont la population augmente avec de nombreux mouvements. On trouve des régions très dynamiques comme Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes et d’autres qui le sont moins : Limousin, Bourgogne, Centre.

    o Un groupe de régions dont la population augmente mais avec des échanges modérés : Paca, Auvergne, Pays de la Loire, Aquitaine et Bretagne.

    L’effet positif des migrations sur la population de Paca sur la période 2001-2006 reste important, mais ralentit par rapport à 1990-1999 Comment comparer les migrations 2001-2006 et 1990-1999, la durée de la période étant différente ?

    On utilise le taux de migration annuel : Taux de migration annuel net moyen = 100 x Solde / (Nb années période x Pop moyenne sur période)

    où Pop moyenne sur période = (Pop réelle en fin de période + Pop virtuelle sans les migrations) / 2 = Pop réelle - (solde / 2)

    Taux de migration annuel net moyen entre 1990 et 1999 (en pour mille)

    Source : Insee - Recensement de la population 1999

    en pour mille

    6,0 et plusde 3,0 à moins de 6,0de 0,0 à moins de 3,0de -3,0 à moins de 0,0moins de -3,0

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Note de lecture : au jeu des migrations entre 1990 et 1999, Paca a gagné chaque année près de quatre habitants pour mille.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 16

  • Taux de migration annuel net moyen entre 2001 et 2006 (en pour mille)

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    en pour mille

    6,0 et plusde 3,0 à moins de 6,0de 0,0 à moins de 3,0de -3,0 à moins de 0,0moins de -3,0

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Note de lecture : au jeu des migrations entre 2001 et 2006, Paca a gagné chaque année près de trois habitants pour mille. Différence de taux de migration annuel net moyen entre 1990-1999 et 2001-2006 (1/10 de points)

    © I

    GN-I

    nsee

    200

    9

    Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

    en %

    2,0 et plusde 1,0 à moins de 2,00,0 à moins de 1,0

    -1,0 à moins de 0,0-2,0 à moins de - 1,0moins de -2,0

    Région DifférenceBretagne (53) 2,4Auvergne (83) 1,8Midi-Pyrénées (73) 1,7Pays de la Loire (52) 1,6Limousin (74) 1,4Aquitaine (72) 1,3Poitou-Charentes (54) 1,2Corse (94) 0,8Languedoc-Roussillon (91) 0,5Basse-Normandie (25) 0,2Rhône-Alpes (82) 0,2Lorraine (41) 0,1Franche-Comté (43) 0,0Bourgogne (26) -0,3Nord-Pas-de-Calais (31) -0,8Haute-Normandie (23) -0,9Paca (93) -1,0Ile-de-France (11) -1,0Champagne-Ardenne (21) -1,4Picardie (22) -1,6Centre (24) -1,7Alsace (42) -2,5

    Note de lecture : entre les périodes 1990-1999 et 2001-2006, l’augmentation de population due aux migrations s’est ralentie en Paca (- 0,1 point).

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 17

  • La région Paca gagne des habitants par ses échanges avec l’Île-de-France et le Nord-Pas-de-Calais, en perd avec le Languedoc-Roussillon

    Près de 60 000 habitants gagnés sur l’Île-de-France et le Nord-Pas-de-Calais, mais 11 000 perdus avec le Languedoc-Roussillon

    Soldes avec les autres régions de métropole en cinq ans

    47 91015 970

    Poitou-Charentes

    Limousin

    BourgogneFranche-Comté

    Champagne-Ardenne

    Lorraine

    Pays de la Loire

    AuvergneRhône-Alpes

    PicardieHaute-Normandie

    Île-de-France

    Languedoc-Roussillon

    Midi-Pyrénées

    Centre

    Basse-Normandie

    Nord-Pas-de-Calais

    AlsaceBretagne

    Aquitaine Provence-Alpes-Côte d'Azur

    Corse

    Région d'échange Solde de Paca avec la région d'échangeIle-de-France (11) 47 906 Nord-Pas-de-Calais (31) 11 999 Picardie (22) 6 404 Rhône-Alpes (82) 6 188 Lorraine (41) 4 814 Haute-Normandie (23) 4 057 Champagne-Ardenne (21) 3 854 Centre (24) 3 771 Alsace (42) 2 511 Bourgogne (26) 2 126 Franche-Comté (43) 1 913 Basse-Normandie (25) 1 217 Pays de la Loire (52) 404 Limousin (74) 555 - Poitou-Charentes (54) 932 - Auvergne (83) 1 521 - Bretagne (53) 1 666 - Corse (94) 3 033 - Aquitaine (72) 3 728 -

    Total 64 034

    Midi-Pyrénées (73) 7 476 - Languedoc-Roussillon (91) 14 220 -

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Paca sait retenir ses habitants

    Entrées et sorties de Paca en effectif en cinq ans

    Région d'échange Entrants de la région d'échange sur PacaIle-de-France (11) 96 600 Rhône-Alpes (82) 49 073 Languedoc-Roussillon (91) 29 653 Nord-Pas-de-Calais (31) 18 812 Midi-Pyrénées (73) 11 481 Lorraine (41) 11 211 Centre (24) 10 745 Aquitaine (72) 10 293 Picardie (22) 9 757 Bretagne (53) 8 910 Bourgogne (26) 8 070 Pays de la Loire (52) 7 763 Champagne-Ardenne (21) 7 471 Haute-Normandie (23) 7 110 Alsace (42) 6 986 Franche-Comté (43) 5 257 Auvergne (83) 5 100 Corse (94) 4 647 Poitou-Charentes (54) 4 543 Basse-Normandie (25) 4 025

    Total 319 453

    Limousin (74) 1 946

    Région d'échange Sortants de Paca vers la région d'échangeIle-de-France (11) 48 694 Languedoc-Roussillon (91) 43 872 Rhône-Alpes (82) 42 884 Midi-Pyrénées (73) 18 957 Aquitaine (72) 14 021 Bretagne (53) 10 576 Corse (94) 7 680 Pays de la Loire (52) 7 359 Centre (24) 6 974 Nord-Pas-de-Calais (31) 6 813 Auvergne (83) 6 621 Lorraine (41) 6 397 Bourgogne (26) 5 944 Poitou-Charentes (54) 5 475 Alsace (42) 4 475 Champagne-Ardenne (21) 3 617 Picardie (22) 3 354 Franche-Comté (43) 3 344 Haute-Normandie (23) 3 052 Basse-Normandie (25) 2 809

    tal 255 418

    Limousin (74) 2 500

    To

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 18

  • Entrées et sorties en effectif en cinq ans

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    S ce : Insee - Recensement de la Population 2006

    8 690

    6 230©

    IGN

    -Inse

    e 20

    10

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Provence-Al© Insee - Ré

    Sou

    Source : Insee - Recensement de la popu

    pes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étudegion Paca 2010

    our

    4

    1

    49 000 16 000

    lation 2006

    n° 31 - Novembre 2010 19

  • Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 20

  • Fiche 1-2 : Échanges par âge

    Un excédent migratoire fort entre 30 et 44 ans et entre 55 et 69 ans

    Pyramides des âges des échanges

    Entrants et Sortants par âge en cinq ans Solde par âge en cinq ans

    0000 8

    80

    85

    90

    95

    100

    105

    80

    85

    90

    95

    100

    105

    s s

    Sold

    Sol

    1

    1

    2

    2

    3

    3

    4

    4

    5

    5

    6

    6

    7

    7

    80

    Proven© Inse

    Entrant

    000 6000 4000 2000 0 2000

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    55

    60

    65

    70

    75

    Sou

    es et soldes relatifs par t

    des par tranche d’âge en

    4 7

    837

    1 974

    2 366

    4 38

    3 714

    4 013

    1 844

    490

    -557

    -2 000 0 2 000 4 000 6

    0 à 9 ans

    0 à 14 ans

    5 à 19 ans

    0 à 24 ans

    5 à 29 ans

    0 à 34 ans

    5 à 39 ans

    0 à 44 ans

    5 à 49 ans

    0 à 54 ans

    5 à 59 ans

    0 à 64 ans

    5 à 69 ans

    0 à 74 ans

    5 à 79 ans

    ans et plus

    Sou

    ce-Alpes-Côte d’Azur reste une e - Région Paca 2010

    Sortant

    4000 6000 8000 1000 -1500 -1000 -500 0 500 1000 1500 20005

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    55

    60

    65

    70

    75

    rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    ranche d’âge

    cinq ans Soldes relatifs par tranche d’âge en cinq ans (en %)

    2,2

    1,7

    0,3

    0,7

    0,9

    2,5

    2,4

    1,8

    1,4

    1,2

    1,8

    2,8

    1,8

    0,8

    0,3

    -0,2

    5 948

    34

    7 370

    7 830

    6 146

    6

    5 668

    7 272

    000 8 000 10 000 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4

    0 à 9 ans

    10 à 14 ans

    15 à 19 ans

    20 à 24 ans

    25 à 29 ans

    30 à 34 ans

    35 à 39 ans

    40 à 44 ans

    45 à 49 ans

    50 à 54 ans

    55 à 59 ans

    60 à 64 ans

    65 à 69 ans

    70 à 74 ans

    75 à 79 ans

    80 ans et plus

    rce : Insee - Recensement de la Population 2006

    région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 21

  • Impact des migrations sur la structure par âge de la population

    Structures des populations 2006 et virtuelle sans migrations (en %) Tranche d'âge

    Population 2006 virtuelle sans les migrations

    Population 2006

    5 à 9 ans 6,0 6,010 à 14 ans 6,3 6,315 à 19 ans 6,7 6,620 à 24 ans 6,2 6,225 à 29 ans 5,7 5,730 à 34 ans 6,4 6,535 à 39 ans 7,2 7,240 à 44 ans 7,5 7,645 à 49 ans 7,2 7,250 à 54 ans 7,1 7,155 à 59 ans 7,1 7,160 à 64 ans 5,8 5,965 à 69 ans 5,1 5,170 à 74 ans 5,0 4,975 à 79 ans 4,4 4,480 à 84 ans 3,5 3,485 à 89 ans 1,6 1,690 à 94 ans 0,8 0,895 à 99 ans 0,2 0,2Plus de 100 ans 0,0 0,0

    TOTAL 100,0 100,0 Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : les 15 à 19 ans représentent 6,7 % de la population en 2006. Sans les migrations, ceux-ci n’auraient représenté que 6,6 %, soit 0,1 point de moins. L’impact des migrations sur les jeunes est donc faiblement positif. Comparaison avec d’autres régions

    Différence entre population virtuelle et réelle 2006 Tranche d'âge Paca Languedoc -Roussillon

    Midi-Pyrénées

    Rhône-Alpes

    Nord-Pas-de-Calais

    Ile-de-France Picardie

    0 à 14 ans 0,06 0,18 0,00 0,06 -0,01 -0,34 0,1115 à 29 ans -0,15 -0,39 0,19 0,10 1,63

    0,18 0,26 0,26 0,19 0,28

    0,12 0,410,18 0,04 0,15

    -0,29 -0,5930 à 44 ans -0,08 -0,6545 à 54 ans -0,02 0,00 -0,11 -0,09 0,11 -0,01 0,0355 à 69 ans -0,10 -0,21 0,10 -0,67 0,0270 ans et plus -0,18 -0,47 -0,39 -0,05

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : en Paca, les migrations font progresser la part des 0-14 ans dans la population de 0,06 point en cinq ans. Les migrations impactent donc peu la part des enfants dans la population régionale. L'effet est beaucoup plus fort en Île-de-France.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 22

  • Fiche 1-3 : Échanges par type de famille

    Ce sont des migrations de couples, avec ou sans enfant, qui font gagner des habitants à Paca

    Flux et soldes par type de famille Entrants et Sortants par type de famille en cinq ans Solde par type de famille en cinq ans

    150000 100000 50000 0 50000 100000 150000

    Personne vivantseule

    Couple sansenfant

    Couple avecenfant(s)

    Famillemonoparentale

    Autres

    - 10 000 20 000 30 000 40 000

    Personne vivantseule

    Couple sansenfant

    Couple avecenfant(s)

    Famillemonoparentale

    Autres

    Entrants Sortants

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Soldes relatifs par type de famille

    Soldes relatifs par type de famille en cinq ans (en %)

    0,6

    2,1

    1,8

    0,7

    0,4

    - 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5

    Personne vivantseule

    Couple sansenfant

    Couple avecenfant(s)

    Famillemonoparentale

    Autres

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Impact des migrations sur la structure par type de famille de la population

    Structures des populations 2006 et virtuelle sans migrations (en %) Type de famille

    Population 2006 virtuelle sans les

    migrationsPopulation 2006

    Personne vivant seule 16,2 16,1Couple sans enfant 25,4 25,5Couple avec enfant(s) 42,0 42,2Famille monoparentale 11,1 11,0Autres 5,3 5,2

    TOTAL 100,0 100,0 Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : les personnes vivant seules représentent 16,1 % de la population en 2006. Sans les migrations, elles auraient représenté 16,2 %, soit 0,1 point de plus. L’impact des migrations en cinq ans sur la part des personnes seules est donc très faible en Paca.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 23

  • Comparaison avec d’autres régions

    Différence entre population virtuelle et réelle 2006

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture

    Type de famille Paca Languedoc-RoussillonMidi-

    Pyrénées Rhône-AlpesNord-Pas-de-

    CalaisIle-de-France Picardie

    Personne vivant seule -0,15 -0,35 -0,03 -0,01 0,03 0,71 -0,39Couple sans enfant

    0,170,13 0,24 0,25

    0,12 -0,18 -0,10 -0,20 -0,22 -0,06Couple avec enfant(s) 0,12 0,09 -0,83 0,65Famille monoparentale -0,09 -0,03 -0,11 -0,03 0,10 0,09 -0,06Autres -0,06 0,01 0,06 0,02 -0,02 0,25 -0,14

    : en Paca, les migrations ont fait diminuer la part des personnes vivant seules dans la

    population de 0,15 point en cinq ans.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 24

  • Fiche 1-4 : Échanges par niveau de diplôme

    En Paca, plus que dans les autres grandes régions de province, les migrations tendent à relever le niveau de diplôme de la population

    Flux et soldes par niveau de diplôme Entrants/Sortants par niveau de diplôme en cinq ans Solde par niveau de diplôme en cinq ans

    9000

    Pas de scolarité

    Aucun diplôme scolarité primairecollège

    Aucun diplôme scolarité au delàcollège

    Certificat d'études primaires

    BEPC, brevet

    CAP, brevet de compagnon

    BEP

    Bac général, brevet supérieur

    Bac techno. ou professionnel

    Diplôme univ. 1er cycle

    Diplôme univ. 2e ou 3e cycle

    Pas de scolarité

    Aucun diplôme scolarité primairecollège

    Aucun diplôme scolarité au delàcollège

    Certificat d'études primaires

    BEPC, brevet

    CAP, brevet de compagnon

    BEP

    Bac général, brevet supérieur

    Bac techno. ou professionnel

    Diplôme univ. 1er cycle

    Diplôme univ. 2e ou 3e cycle

    Soldes relatifs par nive

    Sol

    Provence-Alpes-Côte d’Azur re© Insee - Région Paca 2010

    Entrants

    0 60000 30000 0

    Source : Insee

    au de diplôme

    des relatifs par

    Pa

    Aucun diplôme scolcollège

    Aucun diplôme scocollège

    Certificat d'étud

    B

    CAP, brevet de

    Bac général, bre

    Bac techno. ou p

    Diplôme u

    Diplôme univ. 2

    Source : Insee

    ste une région attra

    Sortants

    30000 60000 - 4 000 8 000 12 000 16 000

    - Recensement de la Population 2006

    niveau de diplôme en cinq ans (en %)

    0,3

    0,3

    1,2

    0,8

    1,3

    1,0

    1,6

    0,7

    2,1

    2,5

    2,8

    - 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0

    s de scolarité

    arité primaire

    larité au delà

    es primaires

    EPC, brevet

    compagnon

    BEP

    vet supérieur

    rofessionnel

    niv. 1er cycle

    e ou 3e cycle

    - Recensement de la Population 2006

    ctive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 25

  • Impact des migrations sur la structure par niveau de diplôme de la population

    Structures des populations 2006 et virtuelle sans migrations (en %) Niveau de diplôme

    Population 2006 virtuelle sans les

    migrationsPopulation 2006

    Personne de moins de 14 ans 11,0 11,1Pas de scolarité 2,1 2,0Aucun diplôme scolarité primaire collège 11,7 11,5Aucun diplôme scolarité au delà collège 4,4 4,4Certificat d'études primaires 9,0 9,0BEPC, brevet 9,4 9,4CAP, brevet de compagnon 11,0 11,0BEP 7,3 7,3Bac général, brevet supérieur 9,5 9,4Bac techno. ou professionnel 5,7 5,7Diplôme univ. 1er cycle 9,1 9,2Diplôme univ. 2e ou 3e cycle 9,8 10,0

    TOTAL 100,0 100,0 Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : les personnes de 15 ans et plus n’ayant pas suivi de scolarité représentent 2,0 % de la population en 2006. Sans les migrations, ils auraient représenté 2,1 %, soit 0,1 point de plus. Les migrations impactent donc très peu la part des personnes n’ayant pas suivi de scolarité en Paca. Comparaison avec d’autres régions

    Différence entre population virtuelle et réelle 2006 Niveau de diplôme Paca Languedoc-Roussillon

    Midi-Pyrénées

    Rhône-Alpes

    Nord-Pas-de-Calais

    Ile-de-France Picardie

    Personne de moins de 14 ans 0,07 0,17 0,16 0,06 -0,01 -0,33 0,11Pas de scolarité -0,02 -0,05 -0,03 -0,01 0,02 0,07 0,01Aucun diplôme scolarité primaire collège -0,13 -0,19 -0,17 -0,06 0,14 0,19

    0,10 0,14 0,110,13 0,81

    -0,02Aucun diplôme scolarité au delà collège -0,01 -0,01 0,00 -0,01 0,02 0,00 0,04Certificat d'études primaires -0,06 -0,11 -0,18 -0,07 0,15 -0,17 0,10Bac techno. ou professionnel 0,04 0,04 0,01 0,02 -0,08 0,02 0,03CAP, brevet de compagnon -0,04 0,11 -0,06 -0,08 0,06 -0,31 0,09Bac général, brevet supérieur -0,07 0,03 0,22 0,07 0,06 0,08 -0,25BEP 0,01 0,04 -0,04 -0,03 0,01 -0,11 0,03BEPC, brevet -0,02 0,01 -0,02 -0,03 0,03 -0,10 -0,04Diplôme univ. 1er cycle 0,09 -0,12 0,06 -0,16Diplôme univ. 2e ou 3e cycle -0,14 -0,01 0,03 -0,28 -0,15

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : en Paca, les migrations ont fait augmenter la part des diplômes universitaires de 2e ou 3e cycle de 0,13 point.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 26

  • Fiche 1-5 : Échanges par type d’activité

    Paca perd des élèves, étudiants ou stagiaires au jeu des migrations, mais gagne des actifs

    Flux et soldes par type d’activité Entrants/Sortants par type d’activité en cinq ans Solde par type d’activité en cinq ans

    180000 120000 60000 0 60000 120000

    Moins de 14 ans

    Autres inactifs

    Femmes ouhommes au foyer

    Retraités oupréretraités

    Chômeurs

    Elèves, étudiants,stagiaires

    Actifs ayant unemploi

    -10 000 - 10 000 20 000 30 000 40 000

    Moins de 14 ans

    Autres inactifs

    Femmes ouhommes au foyer

    Retraités oupréretraités

    Chômeurs

    Elèves, étudiants,stagiaires

    Actifs ayant unemploi

    Entrants Sortants

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Soldes relatifs par type d’activité

    Soldes relatifs par type d’activité en cinq ans (en %)

    2,0

    0,7

    1,1

    1,3

    1,8

    1,8

    -0,3

    -0,5 - 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5

    Moins de 14 ans

    Autres inactifs

    Femmes ou hommesau foyer

    Retraités ou préretraités

    Chômeurs

    Elèves, étudiants,stagiaires

    Actifs ayant un emploi

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Impact des migrations sur la structure par type d’activité de la population

    Structures des populations 2006 et virtuelle sans migrations (en %) Type d'activité

    Population 2006 virtuelle sans les

    migrationsPopulation 2006

    Moins de 14 ans 11,0 11,1Autres inactifs 4,3 4,3Femmes ou hommes au foyer 5,4 5,3Retraités ou préretraités 24,2 24,1Chômeurs 6,0 6,1Elèves, étudiants, stagiaires 8,6 8,5Actifs ayant un emploi 40,5 40,6

    TOTAL 100,0 100,0 Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : les femmes ou hommes au foyer représentent 5,3 % de la population en 2006. Sans les migrations, ils auraient représenté 5,4 %, soit 0,1 point de plus.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 27

  • Comparaison avec d’autres régions

    Différence entre population virtuelle et réelle 2006 Type d'activité Paca Languedoc-Roussillon

    Midi-Pyrénées

    Rhône-Alpes

    Nord-Pas-de-Calais

    Ile-de-France Picardie

    Actifs ayant un emploi 0,14 0,15 1,04 0,17

    0,06 0,25 0,06 0,26 0,33

    0,20 0,12

    -0,52 -0,23 -0,51Autres inactifs -0,03 0,03 -0,01 -0,03 0,03 -0,09 0,01Chômeurs 0,02 0,22 0,18 -0,02 -0,02 -0,24 -0,05Elèves, étudiants, stagiaires -0,15 -0,41Femmes ou hommes au foyer -0,02 0,02 0,00 -0,02 0,05 -0,07 0,03Moins de 14 ans 0,07 0,17 0,16 0,06 -0,01 -0,33 0,11Retraités ou préretraités -0,03 0,01 -0,35 -0,19 -0,64

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : en Paca, les migrations ont fait augmenter la part des actifs en emploi dans la population de 0,14 point en cinq ans.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 28

  • Fiche 1-6 : Échanges par catégorie socioprofessionnelle

    La région retient ses cadres

    Flux et soldes par catégorie socioprofessionnelle Entrants/Sortants par CS en cinq ans Solde par CS en cinq ans

    120000 80000 40000 0 40000 80000 120000

    1-Agriculteursexploitants

    2-Artisans,commerçants,

    chefs d'ent.

    3-Cadres,professions

    intel.sup.

    4-Professionsintermédiaires

    5-Employés

    6-Ouvriers

    7-Retraités

    8-Autres sansactivités profess.

    -5 000 - 5 000 10 000 15 000

    1-Agriculteursexploitants

    2-Artisans,commerçants,

    chefs d'ent.

    3-Cadres,professions

    intel.sup.

    4-Professionsintermédiaires

    5-Employés

    6-Ouvriers

    7-Retraités

    8-Autres sansactivités profess.

    Entrants Sortants

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Soldes relatifs par catégorie socioprofessionnelle

    Soldes relatifs par catégorie socioprofessionnelle en cinq ans (en %)

    -0,5

    2,0

    2,7

    2,6

    1,5

    0,8

    1,3

    1,0

    -1,0 -0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0

    1-Agriculteursexploitants

    2-Artisans,commerçants, chefs

    d'ent.

    3-Cadres, professionsintel.sup.

    4-Professionsintermédiaires

    5-Employés

    6-Ouvriers

    7-Retraités

    8-Autres sansactivités profess.

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 29

  • Impact des migrations sur la structure par catégorie socioprofessionnelle de la population

    Structures des populations 2006 et virtuelle sans migrations (en %)

    CS

    Population 2006

    virtuelle sans les

    migrations

    Population 2006

    1-Agriculteurs exploitants 0,5 0,52-Artisans, commerçants, chefs d'ent. 3,5 3,53-Cadres, professions intel.sup. 6,2 6,24-Professions intermédiaires 11,3 11,45-Employés 15,1 15,16-Ouvriers 9,5 9,47-Retraités 24,2 24,18-Autres sans activités profess. 29,8 29,7

    TOTAL 100,0 100,0 Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : les professions intermédiaires représentent 11,4 % de la population en 2006. Sans les migrations, ils auraient représenté 11,3 %, soit 0,1 point de moins. Comparaison avec d’autres régions

    Différence entre population virtuelle et réelle 2006 CS Paca Languedoc-Roussillon

    Midi-Pyrénées Rhône-Alpes

    Nord-Pas-de-Calais Ile-de-France Picardie

    1-Agriculteurs exploitants -0,01 -0,03 -0,06 -0,01 0,00 -0,01 0,002-Artisans,commerçants,chefs d'ent. 0,02 0,02 0,01 -0,02 -0,01 -0,09 -0,013-Cadres, professions intel.sup. 0,08 0,56

    0,14 0,12 0,16

    0,20 0,120,29 0,40 0,06 0,34

    -0,07 0,01 0,01 -0,21 -0,034-Professions intermédiaires 0,02 0,05 -0,16 0,025-Employés 0,01 -0,14 -0,02 0,03 -0,20 0,21 0,026-Ouvriers -0,06 -0,09 -0,04 0,00 0,04 -0,05 0,137-Retraités -0,03 0,01 -0,35 -0,19 -0,648-Autres sans activités profess. -0,14 -0,14 -0,25

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Note de lecture : en Paca, les migrations ont fait diminuer la part des agriculteurs exploitants dans la population de 0,01 point en cinq ans.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 30

  • Partie 2 : Les migrations entre les territoires de Provence-Alpes-Côte

    d'Azur

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 31

  • Définition :

    Une aire urbaine est définie comme l’ensemble : - d’une ville-centre (commune la plus peuplée de l’aire urbaine)

    - du reste du pôle urbain (liaison par continuité du bâti) - de la couronne périurbaine (sous influence du pôle urbain par les navettes

    domicile-travail)

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 32

  • Synthèse 2 : Les migrations des espaces régionaux de Paca

    Les migrations accroissent fortement la population de l’espace rural En cinq ans, l'espace rural de Paca a gagné 26 000 habitants au jeu des migrations pendant que l'espace urbain (ensemble des aires urbaines) en a gagné 40 000. Au total, l'espace urbain a perdu 12 400 habitants au profit de l'espace rural.

    Soldes et soldes relatifs des espaces de Paca

    Solde total Solde entre les deux espacesSolde avec les

    autres régions *Solde total

    relatif (en%)

    Solde entre les deux espaces en

    relatif (en%)

    Solde avec les autres régions en

    relatif (en%)Espace rural régional 25 848 12 390 13 458 6,6 3,2 3,4Aires urbaines de la région * 39 897 -12 390 52 287 1,0 -0,3 1,3

    Source : Insee - Recensement de la population 2006 * Les aires urbaines d’Avignon, d’Arles et de Beaucaire comportent des communes de la région Languedoc-Roussillon : le solde avec les autres régions est le solde des aires urbaines régionales (respectivement de l’espace rural régional) avec les autres aires urbaines métropolitaines et les espaces ruraux des autres régions. Note de lecture : au jeu des migrations, l’espace rural régional gagne 25 848 habitants supplémentaires, ce qui représente 6,6 % de sa population en 2006 :

    - Il gagne 12 390 habitants sur les aires urbaines régionales, ce qui représente 3,2 % de sa population en 2006.

    - Il en gagne 13 458 avec les autres aires urbaines et le reste de l’espace rural métropolitain, ce qui représente 3,4 % de sa population en 2006.

    L’espace rural gagne autant d’habitants par ses échanges avec les autres régions que par ses échanges avec les pôles urbains de Paca L’espace rural régional a accueilli 26 000 habitants en cinq ans, soit 7 habitants supplémentaires pour 100 habitants présents en 2006. La moitié de cet excédent est dû aux migrations externes (c’est-à- dire avec les autres régions métropolitaines) et l’autre aux migrations internes (c’est-à-dire avec le reste de la région, donc l’espace urbain). En cinq ans, environ 76 000 personnes sont venues s’installer dans l’espace rural régional et 50 000 l’ont quitté. Pour 100 habitants présents en 2006, 19 n’étaient pas là auparavant, alors que 13 seulement l’ont quitté. Le dynamisme démographique de l’espace rural, retrouvé depuis une quarantaine d’années en Paca, se poursuit. Ce sont les territoires ruraux proches de l’espace urbain qui en bénéficient le plus.

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 33

  • Soldes de l’espace rural régional

    Source : Insee - Recenseme

    IGN

    -Inse

    e 20

    10

    AutresRégions

    AU régionales

    Un gain migratoire dans chaque département de P Les espaces ruraux de tous les départements gagnenCeux du Var et des Alpes-de-Haute-Provence sohabitants : 10 900 habitants supplémentaires en cinqnouveaux habitants viennent pour une part importa55 % et 39 %) mais aussi des quatre grandes aires de Marseille-Aix-en-Provence qui perd environ 2 000 espaces ruraux. L’espace rural du département des Ha À l’opposé, les espaces ruraux des Bouches-du-Rhôet perdent des habitants dans leurs échanges avecrural des Alpes-Maritimes gagne des habitants (2 5échanges avec les quatre grandes aires urbaines dede nouveaux habitants venus de l’extérieur de la régio

    Les migrations vers l’espace rural renforcent la po Les migrations entraînent une augmentation significrural : 12 000 en cinq ans, soit 8 % des actifs présentsIl en gagne la moitié par rapport aux autres régionsune grande partie des aires urbaines de la région, not Ces actifs en emploi ne viennent pas toujours s’installelycéens supplémentaires en cinq ans à s’être instalaugmentation (2 % des lycéens présents en 2006). L’ila population lycéenne des différentes aires urbaines e

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - R© Insee - Région Paca 2010

    EspaceRural

    Régional

    nt de la

    aca

    t des hnt ce ans pnte deurbainhabitanutes-A

    ne et les ai00 en la régn.

    pulat

    ative d en 20

    de mamme

    r aveclés dampact st donc

    apport d

    13 458

    12 390

    population 2006

    ©

    abitants. ux qui accueillent le plus de nouveaux our le premier, 6 400 pour le second. Ces l’extérieur de la région (respectivement

    es régionales. En particulier, l’aire urbaine ts dans ces échanges avec chacun de ces lpes est dans une dynamique proche.

    du Vaucluse ont un solde migratoire faible res urbaines de la région. Enfin, l’espace cinq ans) quasi exclusivement par ses ion, Nice notamment (2 300). Il attire peu

    ion d’actifs en emploi et de retraités

    u nombre d’actifs en emploi de l'espace 06.

    étropole et est également bénéficiaire sur nt Marseille-Aix-en-Provence et Nice.

    des enfants lycéens. En effet, ils sont 250 ns l’espace rural régional, soit une faible de ces mouvements vers l’espace rural sur faible, à l’exception significative de Digne.

    ’étude n° 31 - Novembre 2010 34

  • Parmi les arrivées nettes d’actifs dans l’espace rural, on compte 1 900 cadres. Ces arrivées représentent 13 % de la population de cadres dans l’espace rural en 2006. Très peu d’aires urbaines de la région gagnent des cadres en provenance de l’espace rural et les gains sont faibles. La perte la plus importante s’observe à Briançon qui perd 7 cadres pour 100 présents en 2006. Quant aux retraités, ils sont 7 150 supplémentaires à venir s’installer dans l’espace rural régional. Comme pour les actifs occupés, la moitié proviennent d’une autre région et l’autre moitié des aires urbaines de Paca. Cela représente 7 % des retraités présents en 2006, ce qui est significatif. Les étudiants quittent l’espace rural : - 4 000 en cinq ans, soit une perte très importante de 8 étudiants pour 10 présents en 2006. Plus d’un tiers part vers l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, pôle régional universitaire et un peu moins de 30 % vers une autre région. Ce sont les petites aires urbaines de la région qui sont les plus impactées par ces arrivées d’étudiants. À Gap et Digne, le gain représente respectivement 9 et 7 % de la population étudiante en 2006. Ces deux aires urbaines possèdent en effet des sites universitaires.

    Soldes des espaces ruraux départementaux

    Manosque

    Digne-les-Bains

    AutresRégion

    Espace ru04

    Marseille-Aix-en- Provence, Nice, Toulon et Avignon

    Gap

    Briançon

    Aires urbaines départementales

    6 Autres espaces ruraux départementaux

    Autres aires urbaines

    régionales

    Marseille-Aix-en- Provence, Nice, Toulon et Avignon

    Aires urbaines départementales

    Source : Insee - Recen

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Ins© Insee - Région Paca 2010

    3 112

    310

    ral

    2 519

    Autres espaces ruraux départementaux

    Espace rural05

    422

    s

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Autres aires urbaines

    régionales

    AutresRégions

    Solde total de l’espace rural 04 : 6 429

    sement de la Po

    ee - Rapport d’étu

    Solde total de l’espace rural 05 : 4 543

    pulation 2006

    de n° 31 - Novembre 2010 35

    1 414

    411

    2 467

    142

    6

    109

  • Soldes des espaces ruraux départementaux (suite et fin)

    Pro© I

    Menton-Monaco (*)

    Nice

    Espace rural06

    Aires urbaines départementales

    (sauf Nice) Marseille-Aix-en-Provence,

    Nice, Toulon et Avignon

    18

    2 310

    Autres espaces ruraux départementaux

    54

    129

    144

    Toulon

    Fréjus

    Draguignan

    BrignolesSainte-Maxime

    Saint-Tropez

    Avignon

    Is

    Cavaillon

    Orange

    Pertuis

    Aptle-sur-la-Sorgue

    AutresRégions

    AutresRégions

    Espace rural83

    AutresRégions

    Autres aires urbaines

    régionales

    Autres aires urbaines

    régionales

    Aires urbaines départementales

    (sauf Toulon)

    Aires urbaines départementales(sauf Avignon)

    Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon

    Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon

    Autres aires urbaines

    régionales

    Autres aires urbaines

    régionales

    Solde total de l’espace rural 13 : 600

    © IG

    N-In

    see

    2010

    ©

    IGN

    -Inse

    e 20

    10

    3

    2

    Autres espaces ruraux départementaux

    Autres espaces ruraux départementaux

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    vence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 nsee - Région Paca 2010

    Espace rural84

    IstresMarseille-Aix-en-Provence

    Arles

    Salon-de-Provence

    Miramas

    Beaucaire

    Fos-sur-Mer

    Espace rural13

    Aires urbaines départementales (sauf Marseille-

    Aix-en-Provence)

    60

    125

    119

    83

    Autres espaces ruraux départementaux

    867

    Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon

    AutresRégions

    1 535

    Solde total de l’espace rural 84 : 878

    Solde total de l’espace rural 83 : 10 889

    Solde total de l’espace rural 06 : 2 511

    3

    4 066

    6

    581

    5 926

    295

    21

    459

    9

    8

    23

  • Un solde migratoire positif dans l’espace urbain grâce aux échanges avec les autres régions L’espace urbain « régional » est l’ensemble des aires urbaines de la région (qui peuvent donc comporter des communes d’autres régions) et des communes multipolarisées. Cet espace gagne également des habitants : près de 40 000 en cinq ans, dûs uniquement à l’apport de populations en provenance de l’extérieur de la région. On observe donc un effet d’afflux de population en provenance des autres régions vers l’espace urbain (+ 52 500) qui, lui, renvoie une partie de sa population vers l’espace rural (- 12 500). Le gain est ainsi de 1 habitant supplémentaire en cinq ans pour 100 présents en 2006. Cela ne veut pas dire que les mouvements sont peu nombreux entre l’espace urbain et le reste de la France métropolitaine. En cinq ans, environ 472 500 personnes sont venues s’installer dans l’espace urbain régional et 432 500 l’ont quitté : Pour 100 habitants en 2006, 11 n’y résidaient pas cinq ans auparavant, et 10 l’ont quitté. Brignoles, Fréjus et Draguignan sont les trois aires urbaines de la région qui gagnent le plus d’habitants au jeu des migrations Brignoles, Fréjus et Draguignan font partie des 40 aires urbaines de métropole sur lesquelles les migrations ont l’influence la plus favorable : en 2006, les habitants supplémentaires représentent 8 % des habitants de Brignoles, 6 % de ceux de Fréjus et 5 % de ceux de Draguignan. L’intensité des flux est importante dans l’aire urbaine de Brignoles. Celle-ci bénéficie de beaucoup de flux entrants et sortants, et d’un fort gain de population au jeu des migrations internes et externes. Celle de Fréjus gagne essentiellement des habitants par ses échanges avec l’extérieur de la région. Les populations des aires urbaines de Toulon, Avignon et Nice croissent également sous l’effet des migrations.

    Soldes absolus et soldes relatifs des aires urbaines de Paca

    ITALIE

    MONACO

    Languedoc-Roussillon

    Rhône-Alpes

    Menton-Monaco

    Nice

    Istres

    Fos-sur-Mer Miramas

    Marseille-Aix-en-Provence

    Salon-de-Provence

    Arles

    Cavaillon

    Isle-sur-la-Sorgue

    AvignonApt

    Orange

    Manosque

    Toulon

    Fréjus

    Draguignan

    Gap

    Beaucaire

    Digne-les-Bains

    Brignoles

    Pertuis

    Briançon

    Sainte-MaximeSaint-Tropez

    en %

    4 et plusde 0 à moins de 4de -2 à moins de 0moins de -2

    9 610

    3 200©

    IGN

    -Inse

    e 20

    10

    Source : Insee - Recensement de la Population 2006

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 37

  • L’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence perd des habitants au jeu des migrations, mais relativement moins que celles d’Orange, Fos et Saint-Tropez 9 aires urbaines, dont Marseille-Aix-en-Provence, perdent des habitants au jeu des migrations. Il s’agit de Pertuis, Arles, Menton, Miramas, Istres, Orange, Fos et Saint-Tropez dans cet ordre. Ces aires urbaines représentent 40 % de la population régionale. Si l’effet négatif des migrations est très faible sur Marseille-Aix-en-Provence, il est un peu plus important sur Orange, Fos et Saint-Tropez (qui perdent 2 à 4 % de leur population en cinq ans). 4 aires urbaines perdent des habitants au jeu des migrations internes et externes : Fos, Miramas, Orange et Istres. 1 seule aire urbaine présente un solde négatif du fait des seules migrations externes : Arles. 4 aires urbaines perdent des habitants du fait des seules migrations internes : Marseille-Aix-en-Provence, Saint-Tropez, Menton et Pertuis.

    Soldes totaux, internes et externes des aires urbaines de Paca

    © I

    GN-I

    nsee

    201

    0

    Languedoc-Roussillon

    Rhône-Alpes

    MONACO

    ITALIE

    Orange

    Isle-sur-la-Sorgue

    AvignonApt

    Beaucaire

    Salon-de-Provence

    Cavaillon

    Arles

    NiceMenton

    -Monaco

    Marseille-Aix-en-Provence

    Miramas

    Istres

    Fos-sur-Mer

    Toulon

    Fréjus

    Draguignan

    Gap

    Manosque

    Digne-les-Bains

    Brignoles

    Pertuis

    Briançon

    Sainte-Maxime

    Saint-Tropez

    Perd des habitants avec des soldes interne et externe à la région négatifsPerd des habitants avec solde externe positif et solde interne négatifPerd des habitants avec solde interne positif et solde externe négatifGagne des habitants avec solde externe positif et solde interne négatifGagne des habitants avec solde interne positif et solde externe négatifGagne des habitants avec des soldes interne et externe à la région positifs

    © IG

    N-In

    see

    2010

    Source : Insee - Recensement de la population 2006

    Les habitants de Paca s’éloignent des grandes villes-centre MARSEILLE-AIX-EN-PROVENCE Marseille-Aix-en-Provence ne gagne pas d’habitants au jeu des migrations Au jeu des migrations, l'aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence perd 1 500 habitants en cinq ans, soit 0,1 % de sa population de 2006. Elle reste cependant dynamique grâce à son excédent naturel de 0,7 %. Les échanges migratoires ont peu d’impact sur la population de l’aire urbaine. Elle perd beaucoup d'habitants sur l’espace rural régional, notamment ceux des Alpes-de-Haute-Provence et du Var, et

    Provence-Alpes-Côte d’Azur reste une région attractive - Insee - Rapport d’étude n° 31 - Novembre 2010 © Insee - Région Paca 2010 38

  • sur les aires urbaines de Toulon et Salon. Pourtant, elle en gagne 8 500 en cinq ans en provenance d’autres régions de métropole. Marseille-Aix-en-Provence est la seule grande aire urbaine du Sud à perdre des habitants au jeu des migrations : en comparaison, les apports migratoires représentent 3,4 % de la population de Toulouse en 2006, 1,7 % de celle de Toulon, 1,5 % de celle de Bordeaux et 1 % de celle de Nice. À Lyon, par contre, la perte d’habitants est plus importante qu’à Marseille.

    Solde de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence en cinq ans

    Source : Insee - Recensement de la Population 2

    -Aix

    AutresRégions

    Inse

    e 20

    10

    Autres AU régionales

    Des arrivées d’étudiants Au jeu des migrations, l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence(11 000 en cinq ans), dont 2 400 en provenance des autres régions dprovenance de toutes les aires urbaines de la région, en particulier del'espace rural. Les migrations accroissent significativement la populatioun gain de 15 étudiants pour 100 présents en 2006. Cette attractivité pour les étudiants est toutefois moins marquéeagglomérations de province, comme Toulouse (35 %) et