Liou lebray etp hcv

  • View
    471

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of Liou lebray etp hcv

  • 1. Education Thrapeutique du Patient etHpatite Virale C ChroniqueAmlie Liou-Schischmanoff, PharmacienPascal Lebray, HpatologueGH Piti-Salptrire (Paris)

2. Maladie Chronique 15 millions de personnes souffrant de maladies chroniques 20% de la population en France (en 2020, 18 millions) Souvent silencieuse, cache tat durable, souvent vie : il faut vivre avec adaptation environnement-mode de vie crainte dincidents, complications long terme Vivre la chronicit : amliorer la gestion de la chronicit au quotidien et dans la dure 2Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 3. Maladie Chronique La russite dune prise en charge de la maladie chronique ncessite lefficacit intrinsque dun traitement des donnes scientifiques valeur pronostique la comptence mdicale avoir une attitude empathique Mais aussi de la part du patient: accepter et comprendre sa maladie chronique tre motiv pour son traitement et son suivi (perception de lutilit) Avoir une bonne observance au traitement Conserver et/ou amliorer sa qualit de vie 4. Observance et maladie chroniqueAuteurs Transplantatio% Non observance n (pays)(anne) n C/P/F/R IS autre Germani G 52/13/103/50 218 (Italie) 38% 12%2011 De Bleser L23879/104/55/0 24-70%*30%2011 (Belgique)Korb-Savoldelli Tout type Review 1-43% V 2010 * valuation par auto-questionnaire, entourage, tests biologiques, Helping hand 5. Quest ce que lEducation Thrapeutique du Patient ? Selon lOMS en 1998* : aider les patients acqurir ou maintenir les comptences dont ils ont besoin pour grer aumieux leur vie avec une maladie chronique. Elle fait partieintgrante et de faon permanente la prise en charge dupatient Aide apporte aux patients, leurs familles/entourage pourcomprendre la maladie et les traitements, collaborer auxsoins, prendre en charge leur tat de sant et/ou amliorerleur qualit de vie** *Who. Therapeutic Patient Education, continuiting education programmes for healthcare providers in field of prevention of chronic diseases. Who-Euro Copenhagen, 1998 ** Ministre de la Sant. Plan damlioration de la Qualit de vie des personnes atteintes de maladies chroniques et des Solidarits. 2007-2011 Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 6. ducation thrapeutique InformationMieux grer sa maladie chronique (comprhension,acceptation)Souscrire au projet thrapeutique (soins et/ou suivi)Acqurir des COMPETENCES (apprendre se soigner Jugement objectif de son tat de sant Auto observation : reconnaitre et interprter dessymtmes (ex: hypoglycemie, hypoTA) Prise de dcision : modifier / alerter Auto-soins Concilier maladie / contexte socioprofessionnel Optimiser lObservance et la Tolrance 7. Non implicationAdhsion linformation(se sentir concern)"Rechute"(reprise dunDcision dun changement comportement (prparation laction)antrieur, ou nonobservance) Initiation du changement (mise en place dun nouveau comportement)Maintien duchangementDgagement (le nouveauModle de la porte tournante comportement devient(Prochaska & Di Clemente)une habitude) 8. JE NE SAIS PAS JE SAIS,JE DOIS JE CRAQUE,JE VEUX,JE RENONCEJE PEUXJE FAIS JE POURSUISJE NY PENSE Le modle de la porte tournante MEME PLUS(Prochaska & Di Clemente) 9. Avant dessayer de motiver un patient changer, encore faut-il savoir o il en est diagnostic ducatif Le patient sest-il dj engag dans la portetournante ou est-il encore dans la rue ? 10. Diagnostic ducatif = Ecoute active Etre attentif aux sentiments, lmotion de son patient Explorer les savoirs et les reprsentations du patient Vrifier la comprhension ; la reformuler Ne pas chercher prouver quoi que ce soit ou trouver absolument unesolution Savoir identifier ce qui est important pour le patientDfinir des axes principaux dETP et en exposer les principes et modalitsObtenir ladhsion du patient (accord mutuel sur les objectifs) Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 11. les tapes de la dmarche ducativeAprs information orale et crite du patient et de son mdecingnralisteCentre sur le patient, prise de dcision partagePrise en compte du contexte socioprofessionnel, culturel et descapacits du patientProcessus permanent avec valuation des acquis et besoinsPar des professionnels de sant forms aux techniques dETPGuide mthodologique 2007- HAS 11 Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 12. Cadre lgal de lETP La loi HPST de 2009 reconnat lETP comme un acte de soin partentire et doit faire partie intgrante du parcours de soin de tout patientatteint de maladie chronique LETP ne peut se faire que dans un cadre rglementaire bien dfini* LARS a autoris en janvier 2011 pour 4 ans, les premiers programmesdETP, dont notre programme PRATIC APHP : 278 programmes ETP autoriss (50% des programmes) 2012: premire autovaluation des programmes pour lARS Loi n2009-879 du 21 juillet 2009 portant rforme de lHpital et relative aux patients, la sant et au territoire. Dcret n2010-904 du 2 aot 2010 relative aux conditions autorisation des programmes dETP, dcret n2010-906 du 2 aot 2010 relative aux comptences requises pour dispenserlETP du patient, arrt du 2 aot 2010 relative au cahier des charges des programmes dETP et la composition du dossier de demande de leur autorisation, arrt du 2 aot 2010relatif aux comptences requises pour dispenser lETP 13. Place de lETP dans la politique rgionale desant de lARSLe cahier des charges national Equipe pluridisciplinaire comportant au moins un mdecin Comptences justifies pour au moins un intervenant (40 heures deformation ou exprience de 2 ans) Programme structur et formalis Modalits de coordination entre les intervenants et avec le mdecintraitant Respect des rgles de confidentialit et de dontologie Evaluation. 14. Exemple : comptences pour dispenser de lETP - comptences relationnelles - comptences pdagogiques et danimation - comptences mthodologiques et organisationnelles - comptences biomdicales et de soins14Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 15. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT Financement de lETP : un programme ETP doit tre autoris pour prtendre au financement mais ne vaut pas accord de financement - lhpital : MIG* Actions de prvention et dETP relatives aux maladies chroniques - en ambulatoire : Fond de prvention Etat/Assurance Maladie (ARS) ETP et la Certification des tablissement de sant (HAS**) ETP inscrit dans le plan stratgique 2010-2014 de lAPHP** Missions dIntrt Gnral*HAS : Haute Autorit de Sant 15 Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 16. Financement17 millions sous forme de MIG pour lAPHP en 201221 500 /programme autoris-200 par patient inclus-Elaboration du programme PRATIC* : 103 000 sur 3 ans dans le cadre dun Programme de Rechercheen Qualit Hospitalire (MIG PREQHOS, DHOS )10.000 don Schering Plough* Programme dAide et dEducation Thrapeutique au Traitement Antiviral C 17. Particularits de lHpatite Virales Chronique C (HCV) Evolution : transplantation Chronique hpatique et/ou dcs Transmissible, Frquente, Asymptomatique HCV Mais gurison possibleObjectifs du traitement : sous traitement bien conduit-Eradiquer le virus (+++ trithrapie)-Limiter lvolution vers IH, 2 enjeux majeurs pour le malade:la cirrhose et/ou le CHC - gestion des effets secondaires,- Limiter la contamination - observance= facteur de russite 17Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 18. ETP 18A. Liou et P. Lebray APHIF 17 nov 2009 19. Pourquoi lEducation Thrapeutique danslHCV ? Apprentissage : auto soin matrise des gestes techniques Sous traitement :(auto-injection dIFN Peg) Altration Qualit VieSurveillance et suivi biologique Observance+++ rguliers (interprtations), Tt Polymdications dappoint Effets secondaires +++ siModifier les modes de IFN peg (quadri) vie: arrt de lalcool, Patients VHC +rduction pondraleMotivation +++Sources de contaminationDpister les Complicationsvie quotidienelimiter la progression vers IH, Pratiques risque cirrhose, CHC19 Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 20. Donnes bibliographiquesDonnes bibliographiques 21. Qualit de vie / Connaissance La QDV sabaisse sous traitement antiviral, est corrle ladhrence et se normalise aprs gurison Perillo, JVH 2004; Bernstein, Hepatol 2002; Mc Hutchinson, Jhep 2001Amlioration des connaissances et de la QDV via 2h/sem dETP vs. SOC du patient HCV+Groessl JVH 2010Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 22. Notre consultation satisfait-elle lespatients?Attente complmentaire des % patients (n =29)*Rencontre/dialogue 50 Obtenir des informations46,7 Mieux se soigner40 Trouver la motivation et le 26,7soutienEchanger des conseils13,3Etre rassur(e)13,3Savoir ce quil faut faire au 13,3 niveau hygine de vie / alcoolApprendre liminer les risques 13,3 de contamination Ecoute6,7Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 *tude intra-service 23. Enqute comparative: pratique mdicalevs. demande du patient consultation dhpatologie (GHPS 2010) 29 patients HCV+ (9 nafs / 10 guris / 10 NR) Propositions de 21 thmes dETP >60% des thmes jugs trs intressants (3/3). Les plus recherchs : (1) reconnaissance des signes de svrit, (2) linterprtation des examens et la (3) gestion des effets secondaires Ncessit dune prise en compte des consquences socioprofessionnelles du traitement et des astuces pour lobservance* selon les patients expriments .Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 * vs. nafs, p < 0.05, test du 2 24. A lencontre de lattente des patients, les mdecins(n = 9) dveloppent peu les thmes suivants en consultation: modes de transmissions technique dinjection de linterfron importance de lobservance Les mdecins apprcient mal les besoins des patients ! Q: votre avis, comment vos patients ont-ils nots de 1 3 chacun des 21 thmes proposs ? 95% des thmes correctement nots selon le personnel de la consultation vs. 65% selon les mdecins **.. *vs. patients, p < 0.05 **p < 0.05Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 25. Adhrence /Observance 25Liou/Lebray DU hpatites 14 janvier 2013 26. Observance sous PEG-RBV Tir dune tude qualitative locale sur les besoins en ETP des patients(n=29) pas de problme dobservance selon les patie