of 18 /18
DIGESTIF – Le tube digestif 04/04/16 DELATTRE Philippine L2 CR : NICOLAS Margot Digestif Pr. Hubert Lepidi 18 pages Le tube digestif Ce cours correspond aux cours « espace porte » et « villosité intestinale » sur le programme de la fac ! 1/18 Plan A. Généralités I. Organisation générale de la paroi digestive II. La muqueuse digestive III. Organisation générale du tube digestif IV. La vascularisation V. L'innervation VI. Le système endocrinien diffus du tube digestif B. L'estomac I. Divisions morpho-fonctionnelles gastriques II. Muqueuse gastrique III. La paroi gastrique en dehors de la muqueuse IV. Structure épithéliale de la muqueuse fundique V. Structure épithéliale de la muqueuse antro-pylorique VI. Structure épithéliale de la cardia VII. Les fonctions gastriques C. L'intestin grêle I. Les valvules conniventes II. Caractère généraux de la muqueuse de l'intestin grêle III. Villosites intestinales IV. Facteurs qui augmentent les surfaces d'échange V. Structure apicale des entérocytes VI. Le chorion villositaire VII. Les glandes de Lieberkühn VIII. Histophysiologie des enterocytes IX. Particularites histologique du duodenum D. Le colon et le rectum E. Le canal anal F. L'oesophage G. Le système MALT du tube digestif I. Plaques de Payer II. Cycle hémolymphatqiues III. Organisation des cellules immunitaire isolées dans la muqueuse digestive H. Les amygdales

Le tube digestif - Association des Etudiants en Médecine ... · DIGESTIF – Le tube digestif 04/04/16 DELATTRE Philippine L2 CR : NICOLAS Margot Digestif Pr. Hubert Lepidi 18 pages

  • Author
    others

  • View
    12

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Le tube digestif - Association des Etudiants en Médecine ... · DIGESTIF – Le tube digestif...

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    04/04/16DELATTRE Philippine L2CR : NICOLAS MargotDigestifPr. Hubert Lepidi18 pages

    Le tube digestif

    Ce cours correspond aux cours « espace porte » et « villosité intestinale » sur le programme de la fac !

    1/18

    Plan A. Généralités

    I. Organisation générale de la paroi digestive II. La muqueuse digestive III. Organisation générale du tube digestif IV. La vascularisation V. L'innervation VI. Le système endocrinien diffus du tube digestif

    B. L'estomac I. Divisions morpho-fonctionnelles gastriques II. Muqueuse gastrique III. La paroi gastrique en dehors de la muqueuse IV. Structure épithéliale de la muqueuse fundique V. Structure épithéliale de la muqueuse antro-pylorique VI. Structure épithéliale de la cardia VII. Les fonctions gastriques

    C. L'intestin grêleI. Les valvules conniventesII. Caractère généraux de la muqueuse de l'intestin grêleIII. Villosites intestinalesIV. Facteurs qui augmentent les surfaces d'échangeV. Structure apicale des entérocytesVI. Le chorion villositaireVII. Les glandes de LieberkühnVIII. Histophysiologie des enterocytesIX. Particularites histologique du duodenum

    D. Le colon et le rectum

    E. Le canal anal

    F. L'oesophage

    G. Le système MALT du tube digestif I. Plaques de Payer II. Cycle hémolymphatqiues III. Organisation des cellules immunitaire isolées dans la muqueuse digestive

    H. Les amygdales

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    A. Généralités

    I. Organisation générale de la paroi digestive

    La paroi du tube digestif est composee de 4 plans ou tuniques concentriques qui sont de l’interieur versl’extérieur :

    – La muqueuse– La sous-muqueuse – La musculeuse : 2 couches :

    – La circulaire interne, la plus épaisse– La longitudinale externe/périphérique

    – La sereuse peritoneale ou adventice

    II. La muqueuse digestive

    Elle est composée de 3 couches :

    – Le revetement epithelial : assise simple de plusieurs types cellulaires, generalement prismatique oucylindrique sauf au niveau de l'œsophage et du canal anal

    – Le chorion

    – La musculaire muqueuse : une fine couche musculaire lisse en dehors de la musculeuse

    III. Organisation générale du tube digestif

    On retrouve plusieurs éléments : • Le revetement epithelial qui s'invagine pour former desinfundibulum ou pour former aussi des villositesintestinales. Au fond d'un infundibulum on peut avoir desglandes (CR : présentes au sein de la muqueuse)• Sous le revetement epithelial se trouve le chorion qui estun tissu conjonctif avec des vaisseaux, des nerfs et descellules immunitaires. • La musculaire muqueuse est assez fine et peut envoyerdes expansions qui montent le long du chorion.• La sous muqueuse : tissu conjonctif avec des vaisseaux,des nerfs, des fibres de collagenes, des lobules adipeux, desfibroblastes.• La couche musculaire avec la couche circulaire interne etla couche longitudinale externe. • La sereuse

    IV. La vascularisation

    Elle est forme de vaisseaux lymphatiques, arteriels et veineux qui traversent la sereuse pour former les plexussous sereux donnant les branches arterielles pour les cellules musculaires lisses de la musculeuse, puis leplexus de la sous muqueuse, puis des branches dans le chorion de la muqueuse.

    2/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    On remarque de nombreux réseaux capillaires justesous le revêtement épithélial, en surface, qui vontvasculariser les glandes et les différents éléments duchorion.

    La circulation veineuse se cale en sens inverse de lacirculation sanguine artérielle.

    La circulation lymphatique débute dans le chorion de lamuqueuse, ici par un chylifère central pour lesvillosités intestinales et draine l'ensemble de la paroi dutube digestif pour former ensuite des troncules sousséreux qui rejoindront à terme le canal thoracique.

    V. Innervation

    CR : On tend maintenant à isoler l'innervation digestive, enparlant de système neuro-entérique. Ce systeme nerveux controle en partie la motricite du tubedigestif, le regime circulatoire et les activites glandulaires.

    On a deux grandes composantes : → Sa composante externe, extrinseque est le système nerveux végétatif : sympathique et parasympathique→ Sa composante intrinseque est propre à la paroi du tube digestif, avec des neurones recepteurs, des neurones effecteurs et des inter neurones.

    Les corps cellulaires des neurones s'agencent en 2 plexus :

    – Le plexus de Meissner (ou plexus sous muqueux) auniveau de la sous muqueuse

    – Le plexus d'Auerbach (ou plexus mi-entérique) entreles 2 couches de la musculeuse.

    C'est dans ces plexus que se trouvent les corps cellulaires des neurones et où se font les synapses.

    Systeme nerveux vegetatif orthosympathique et parasympathique → Le systeme orthosympathique (ou sympathique) : la synapse entre le 1er et 2eme neurone se fait dans lesganglions de la chaîne para-vertébrale → Le systeme parasympathique : la synapse entre le 1er et le 2eme neurone se fait dans le plexus d'Auerbach,entre la couche musculeuse interne circulaire et externe longitudinale.

    Le plexus d'Auerbach (CR : ou mi-entérique) a une dominance motrice (contraction de la musculeuse) et leplexus de Meissner est à dominance sensorielle. Il y a donc des neurones moteurs, des neurones sensitifs et desinterneurones pour faire la liaison entre les deux.

    3/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    VI. Système endocrinien diffus

    Ce sont des cellules isolees, dispersees entre les autres cellules epitheliales du revetement epithelial de surface. Leur action est de type paracrine (CR : c'est-à-dire une action à courte distance) sur les structures epitheliales,vasculaires, musculaires et nerveuses. Il y a plusieurs types cellulaires qui vont elaborer soit des amines biogenes soit des peptides. CR : On s'est servi pendant longtemps de la microscopie électronique pour les mettre en évidence. Maintenant,pour les localiser on utilise l'immunohistochimie : c'est la révélation d'une protéine par l'utilisation d'unanticorps dirige contre la substance elaboree par un certain type de cellule endocrine. CR : On peut alorsrévéler ces cellules qui sont de petite taille et en très faible nombre.

    Il existe un grand nombre d'hormones ou de substances élaborées par ces cellules : gastrine, somatostatine,la sécrétine, insuline, glucagon, sérotonine... Par exemple : la serotonine est synthétisée par les cellules entérochromafines que l'on retrouve dans l'antregastrique, le pylore, le grele, le colon. Elle permet l'augmentation du peristaltisme intestinal.

    B. L'estomac

    I. Division morpho-fonctionnelle gastrique

    Sur le plan histologique, fonctionnel et anatomique, on peut distinguer 2 grandes parties :

    – Le corps vertical (fundus)– Qui represente les 2/3 de l'estomac : le corps, la grosse tuberosité,

    le cardia – Revetu par une muqueuse fundique

    – La region antro-pylorique horizontale– Qui represente les 1/3 de l'estomac : l'antre gastrique et le pylore– Revetue par une muqueuse antrale appele aussi muqueuse antro-

    pylorique

    Entre les 2 il y a une zone de transition qui représente 1 à 2cm.

    II. La muqueuse gastrique

    Elle est plissee longitudinalement et ces plis disparaissent à la distension gastrique (quand le bol alimentairearrive dans la lumiere) La surface de la muqueuse est subdivisee en petits territoires polygonaux de 3-4mm, ce sont les lobulesgastriques L'epithelium de revetement est constitue d'une assise simple de cellules cylindriques muqueuses (à polemuqueux ferme). C'est pour ça que l'estomac comporte un revêtement épithélial qui sert d'épithélium derevêtement mais également d'épithélium sécrétoire (sécrétion de mucus).Il s'invagine dans le chorion pour former des cryptes (ou infundibulums) et au fond de ces cryptes s'abouchentdes glandes tubuleuses (par opposition aux glandes alvéolaires ou acineuses). CR : Le pôle apical de la cellule muqueuse apparaît clair au microscope car il est plein de mucus secrété dansla lumière par exocytose.

    4/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Le chorion est une fine trame de tissu conjonctif avec un riche reseau vasculaire sanguin et lymphatique.La musculaire muqueuse est fine et envoie des expansions verticales dans le chorion, expansions qui sontperpendiculaires au grand axe de cette musculaire muqueuse.

    Entre ce revetement epithelial et le chorion se trouve une membrane basale. CR : petit rappel, on ne voit lamembrane basale qu'en microscopie électronique et non en microscopie optique. Les glandes se jettent dans les cryptes, cela n’apparait pas toujours car la coupe est fine et donc si la glanden'est pas dans le plan on ne peut voir la zone de raccordement.

    III. Paroi gastrique en dehors de la muqueuse

    La sous muqueuse : – Conjonctivo-élastique (fibres de collagène et

    fibres élastiques)– Elle contient :

    – des vaisseaux sanguins et lymphatiques deplus gros calibre par rapport à la muqueuse

    – des lobules adipeux– des plexus nerveux de Meissner

    La musculeuse est contituée de 2 couches musculairescirculaire interne et longitudinale externe et entre les 2 duplexus d'Auerbach.La séreuse péritonéale est le lieu de distribution desvaisseaux et des nerfs Sur le schema de la paroi gastrique fundique, on voie les lobules gastriques avec des orifices en surface(orifices des cryptes) avec ensuite les glandes qui occupent une grande partie du chorion Les lobules sont localises entre les glandes et le chorion .

    IV. Structure épithéliale de la muqueuse fundique

    L’epithelium de surface et des cryptes est le meme pour tout l'estomac :

    • Assise simple de cellules cylindriques muqueuses (pole apical ferme) • Role de secretion

    • Du mucus formant un film protecteur epais qui permet de proteger les cellules epitheliales derevêtement et permet aussi de lubrifier pour faciliter le passage du bol alimentaire

    • Des bicarbonates qui permettent de tamponner l'acidité gastrique

    Remarque : L'estomac est la seule partie du tube digestif à avoir un epithelium derevetement glandulaire

    Cellule muqueuse du revetement epithelial gastrique :

    – Forme : cellule plus haute que large (CR : et piriforme)– Avec un noyau en position basale– Avec des mitochondries, REG, un golgi developpes et des grains de mucus

    qui s'accumulent au pole apical et qui sont secretes par exocytose

    5/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Les glandes fundiques : Ce sont des glandes tubuleuses avec 4 types cellulaires

    – les cellules muqueuses, peu nombreuses– Les cellules principales ++

    – Synthetisent le pepsinogene qui est clive en pepsine (CR : qui permettra de découper lesaliments)

    – Les cellules bordantes ++ – Synthetisent l'HCl et le facteur intrinseque (necessaire à l'absorption de la vitamine B12 au

    niveau intestinal )– Un deficit en vitamine B12 perturbe l'erythropoïese => GR de grande taille et anormaux :

    donne des anémies macrocytaires

    – Les cellules endocrines, peu nombreuses – Toujours dispersees avec de nombreux types differents

    Ces glandes sont divises en 3 parties • Le collet ou isthme • Le corps • Et le fond

    ➢ Les cellules principales

    Elles secretent une enzyme : le pepsinogene. Ce sont donc des cellules quisecretent des proteines. Pour cela on a :

    – Une forme plus haute que la large, cellule cylindrique

    – Un noyau basal ,

    – REG très développé, des mitochondries,

    – Un appareil de golgi para-nucleaire tres developpe et des grains desecretion avec du pepsinogene secretes par exocytose

    ➢ Les cellules bordantes

    Elles sont globuleuses avec des particularites :

    – La membrane s'invagine profondement pour former des canalicules intracellulaires– Des mitochondries tres nombreuses – Golgi ++– Un noyau en position centrale – La synthese d' HCl et de facteur intrinseque

    Pour synthetiser l'HCl, ces cellules possedent l'anhydrase carbonique qui donne, à partir d'eau, des ions H+ etdes ions bicarbonates.Ces ions H+ sont secretes à l'exterieur de la cellule grace à une ATPase K+dependante et se groupe avec du Clpour donner du HCl au sein de la lumière glandulaire, qui est en relation directe avec la lumière gastrique.

    6/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Cellule bordante gastrique

    Les agents stimulants

    – L'histamine → L'agent stimulant le plus important, agit à la surface de ces cellules bordantes

    – La gastrine → Secretee par les cellules dites G, cellules endocrines présentes dans les glandes antrales

    – L'Acétylcholine → Neuromediateur du systeme nerveux vegetal parasympathique, elle est sécrétéepar le 2ème neurone du nerf vague.

    ➢ Les cellules endocrines

    Ce sont de petites cellules avec un noyau plus ou moins central et quelquesmitochondries. Elles ont une orientation inverse des cellules épithéliales vues jusqu'à présentpuisque le produit de sécrétion ne vas pas s'accumuler au pôle apical mais vers lamembrane basale puisque c'est un produit de sécrétion hormonal donc vers lacirculation sanguine.

    V. Les structures épithéliales de la muqueuse antro-pylorique

    L’epithelium de surface et des cryptes sont constitues d'une assise simple de cellules cylindriques muqueuses(les infundibulums sont plus profonds). Les glandes antro-pyloriques sont tubuleuses, ramifiees et contournees, organisees en petits lobules etconstitues de 2 types de cellules :

    – Les cellules prismatiques muqueuses qui sont les plus nombreuses

    – Les cellules endocrines dispersees entre les cellules muqueuses (plusieurs types sont des cellules G àgastrine ++++++)

    On peut avoir des gastrinomes : ce sont des tumeurs rares des cellules G qui donnent des ulceres gastriques.CR : en effet, il y a une hypersécrétion inappropriée de gastrine qui vient stimuler les cellules bordantes quivont alors sécréter trop d'acide chlorhydrique.

    7/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Différences entre les glandes fundiques et antro-pyloriques Glandes fundiques :

    – les cryptes sont moins profondes,

    – les glandes sont tubuleuses rectilignes etprofondes

    Glandes pyloriques :

    – cryptes plus profondes

    – les glandes sont contournes et organisees enpetits amas glandulaires

    Facteurs d'activation cellulaire

    Types cellulaires Facteurs activateurs Facteurs inhibiteurs Cellules principales Nerf vague, parasympathique (Acétylcholine)Cellules bordantes Histamine+++

    Gastrine +Nerf vague, parasympathique (Acétylcholine)

    SomatostatineProstaglandine Glucagon

    Cellules G Nerf vague, parasympathique (Acétylcholine)Distension gastrique

    Somatostatine

    8/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    La prostaglandine : quand on prend des AINS, ils sont anti-prostaglandine. Ils vont donc lever un peu le freinde la sécrétion d'acide chlorhydrique (en résumé les AINS inhibent le rétro-contrôle effectué par laprostaglandine sur la sécrétion HCL dans l'estomac et donc augmentent l'acidité gastrique).

    VI. Structures épithéliales de la muqueuse du cardia

    L'epithelium de surface : Assise simple de cellulescylindriques muqueuses Les glandes muqueuses sont au sein du chorion etcomparables au glandes antrales sans les cellules G.

    VII. Fonction gastrique

    L'estomac a une double fonction : – mécanique– sécrétoire :

    – exocrine (élaboration du suc gastrique)– endocrine

    C. L'intestin grêle

    Il se compose de 2 segments :

    ➢ Le duodenum

    ➢ Le jejunum ou l'ileon → pas de demarcation anatomique et histologique entre le jejunum et l'ileon

    Il a une fonction d'absorption tres importante Si on observe l'intestin grele au microscope on observe :

    • La lumiere intestinale puis la muqueuse avec en profondeur les glandes, entre ces elements le chorion

    • La sous muqueuse avec du collagene et des vaisseaux

    • La musculeuse avec les 2 couches

    • La sereuse

    I. Les valvules conniventes

    Elles se trouvent dans l'intestin grêle et dans le duodénum à partirdu 2ème duodénum.

    Ces valvules sont des replis transversaux de la paroi intestinaledont la direction est perpendiculaire au grand axe du tube digestif.Elles naissent à partir de la sous muqueuse et sont des structuresplus ou moins circulaires

    9/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    II. Caractères généraux de la muqueuse de l'intestin grêle

    L'epithelium de revetement va s'evaginer pour former une villosite intestinale et entre ces villostites intestinalesil y a des invagination pour former les glandes de Lieberkühn

    – Les villosites intestinales sont des EVAGINATIONS de la muqueuse

    – Les glandes de Lieberkuhn sont des INVAGINATIONS de la muqueuse

    Au sein des villosités intestinales et entre les glandes de Lieberkühn se trouve le chorion composé decollagène, cellules conjonctives, lymphocytes et macrophages, vaisseaux et filets nerveux

    La musculaire muqueuse envoie des projections intra-villositaires perpendiculaires à son axe qui vont pénétrerdans la muqueuse : le muscle de Brücke

    CR : Entre 2 villosités il y a une vingtaine de glandes de Lieberkuhn.

    • Composition des autres couches de la paroi de l'intestin grêle :

    La sous muqueuse : collagène, adipocytes, fibres élastiques, vaisseaux et nerfs (plexus de Meissner)La musculeuse : circulaire interne, longitudinale externe (+ Plexus d'Auerbach)La séreuse : lieu de distribution des vaisseaux et des nerfs

    III. Villosités intestinales

    L’epithelium de surface est un epithelium simple avec 3 types cellulaires :

    – entérocytes : cellules de l'absorption– cellules caliciformes : cellules muqueuses à pôle muqueux ouvert dispersées entre les entérocytes et

    jamais groupées (CR : le prof précise qu'elles ne peuvent même pas être par deux). – cellules endocrines : peu nombreuses et dispersées entre les éléments entérocytaires et muqueux

    Et le chorion villositaire au centre de la villosité intestinale

    10/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Epithélium intestinal

    Les cellules endocrines sont de petite taille et se situent entre 2 enterocytes.

    Les cellules endocrines sont :

    • De type ferme avec une action paracrine

    • De type ouvert avec le pôle apical rentrant en contact avec lalumiere digestive ou la lumiere glandulaire. (CR : elles peuventaussi avoir une action paracrine).

    Entérocytes

    – Cellules absorbantes cylindriques hautes

    – Avec un plateau strie au pole apical

    – Le glycocalyx (cellule coat) au niveau du plateau strié qui est PAS+(coloration spéciale « Acide periodique de Schiff » qui permet de colorer enrouge tout ce qui est glucidique ou glycoprotéique)

    – Noyau au pôle basal

    – Nombreux organiste intracellulaires

    – Les cellules ne sont pas accolées au niveau du pôle basal mais on note laprésence d'un espace triangulaire : l'espace de Grunhagen. C'est par là quetransitent les chylomicrons.

    – Les microvillosités : fines projections de la membrane plasmique apicale bienordonnées et mesurent 1µm en hauteur et 0,1µm en épaisseur. Ellesaugmentent les surface d'échange à l’échelon ultra structural.

    IV. Facteurs qui augmentent les surfaces d'échange

    La surface d'échange est très augmentée dans l'intestin grêle grâce à :

    – La longueur du grele (à l'echelon anatomique)

    – Les valvules conniventes (à l'échelon macroscopique). CR : ce sont des plis transversaux se formantaux dépends de la sous-muqueuse

    – Les micro-villosites intestinales (à l'échelon histologique), aspect veloute du grele. CR : ici ce sont desexpansions de la muqueuse.

    – Le plateau strie (à l'échelon ultrastructural), au pole apical des enterocytes

    V. Structure apicale des entérocytes

    A l’intérieur du plateau strié se trouve le cytosquelette et plus précisément les microfilaments d'actine quiforment cette armature des projections, les évaginations donnant le plateau strié. Ces filaments d'actine sont reliés en profondeur à d'autres éléments du cytosquelette : la zonula adherens,zonula occulens, et plus en profondeur la cytokératine qui s'attache au niveau des desmosomes.

    Le glycolcalyx tapisse les micro-villosites au niveau du plateau strie et comporte de nombreuses enzymes quipermettent l'absorption intestinale.

    11/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    VI. Le chorion villositaire

    – Stroma conjonctif avec de nombreux lymphocytes et macrophages

    – Un riche reseau capillaire sanguin sous-epithelial (les aliments une fois absorbes passent aux niveauxsanguin et lymphatique d'où la riche vascularisation du chorion de l'intestin grêle)

    – Un riche reseau lymphatique ( chylifere centra )

    – Le muscle de Brücke

    VII. Les glandes de Lieberkühn

    – Glandes tubulaires dont une vingtaine par espace intervillositaire

    – 4 types cellulaires :

    • Entérocytes

    • Cellules caliciformes plus nombreuses qu'au niveau de l'estomac ++ :

    • Cellules endocrines en petit nombre

    • Cellules de Paneth : on ne connaît pas très bien leur fonction, elles contiennent notamment dulysozyme (un produit anti-bacterien). CR : il y en a à peu près 5-6 au fond des glandes.

    VIII. Histophysiologie des enterocytes

    Les entérocytes sont impliqués dans l'absorption desdifférents nutriments protéiques, glucidiques oulipidiques. Les chylomicrons passent dans l'espace deGrunhagen et passent ensuite au niveau lymphatiquealors que tout ce qui est protéique et glucidique passe auniveau sanguin.

    12/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    IX. Particularites histologique du duodenum

    La seule différence c'est qu'il y a des glandes dans la sous-muqueuse :les glandes de Brunner ce sont des glandes tubuleuses, ramifies etcontournees, groupees en lobules, organisees sous forme d'amas. Ellevont se jeter au fond des glandes de Lieberkühn.CR : les glandes de Brunner sont comparables aux glandes pyloriques,c'est une assise simple de cellules muqueuses prismatiques avec descellules endocrines. Elles protègent la muqueuse de l'acidité gastrique.

    D. Le colon et le rectum

    Le colon et le rectum ont des particularites :

    – Absence de valvules conniventes

    – Absence de villosites intestinales

    – Absence de plaques de Peyer

    – Les glandes de Lieberkun sont plusprofondes et plus riches en cellulescalciformes

    – Le plexus d' Auerbach est plus developpe, lamusculeuse étant plus épaisse car lescontractions à ce niveau sont plusimportantes que au niveau du grele

    Plus vous progressez dans le tube digestif, du duodénum jusqu'au rectum, plus le nombre de cellulescaliciformes augmente et le nombre d'entérocytes diminue.

    E. Le canal anal

    On change de revêtement épithélial : revêtementépithélial malpighien, pavimenteux stratifie 3 zones progressives :

    – Zone ano-rectale : epithelium non keratiniseavec plexus hemorroidaux dans la sousmuqueuse et sphincter musculaire lisse qui seconstitue aux depends de la musculeuse interne

    – Zone ano-cutanee : epiderme pavimenteuxpluristratifie keratinise pigmente depourvu defollicules pileux et de glandes sudoripares, zonedu sphincter externe strié

    – Zone cutanee = marge anale → comme la peau c'est un revetement epidermique keratinise

    13/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    F. L'oesophage

    Épithelium malphigien pavimenteux stratifie non keratinise

    • Sous muqueuse : riche en fibres elastiques (pourpouvoir se dilater lors du passage du bol alimentaire),comporte des glandes muqueuses

    • Musculeuse epaisse – Striee dans le 1er quart – Striee et lisse dans le 2 eme qart – Lisse dans la 2 eme moitie

    • Adventice sauf au niveau abdominal (pour les 2cmaprès avoir traversé le diaphragme) où c'est une séreuse.

    Les glandes muqueuses vont se dejeter dans la lumiere oesophagienne par des canaux excréteurs quitraversent toutes les couches.

    G. Le systeme MALT du tube digestif

    La topographie du systeme MALT : c'est un systeme lymphoide annexes aux muqueuses (mucoid/mucosalassociated lymphoid tissu). Il existe au niveau :

    • du tractus digestif (là où il est le plus developpe),

    • de l'arbre respiratoire,

    • de l'anneau de Waldeyer (amygdale),

    • du tractus genito-urinaire,

    • dans la peau,

    • d'autre organes comme les glandes mammaires pendant la lactation.

    Le système MALT dans le tube digestif correspond au système GALT (Gut associated lymphoïd tissu)BALT → appareil repspiratoire (Bronchius associated lymphoïd tissu)SALT → peau (Skin associated lymphoïd tissu)

    Deux modalites d'organisation :

    • Agregats volumineux et organises comme les plaques de Peyer, les amygdales, l'appendice.

    • Infiltrats lymphocytaires diffus avec des cellules isolees dans la muqueuse intestinale.

    La masse totale du MALT est tres importante (par rapport au systeme immunitaire contenu dans les ganglionspar exemple : il y a beaucoup plus de lymphocytes dans le MALT que dans les ganglions lymphatiques)

    Il y a une involution physiologique du systeme MALT avec l'age, comme pour le thymus.

    14/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    La fonction du MALT est de favoriser l'entree des Ag par voie alimentaire afin d'elaborer des reponsesimmunitaires par la formation d'un repertoire immunologique tres important. Il y a de nombreux échanges entre les différents sites du système MALT (entre les amygdales et l'intestingrêle, entre l'intestin grêle et l'arbre respiratoire...)

    I. Plaques de Peyer

    – Agregats volumineux de cellules immunitaires dissemines dans la paroi du grele (ileon +++)

    – Forment des saillies dans la lumiere intestinale → on les voit macroscopiquement

    – Le revetement epithelial de ces plaques ne comporte pas de cellules caliciformes, et les enterocytes sontplus petits et cubiques. Il y a aussi des cellules M (cellules Microfold car ce sont des cellules replieessur elles meme)

    Ces plaques sont formes de 4 zones de la superficie à la profondeur :

    – Epithelium avec des cellules M

    – Zone du dome (ou zone marginale) : Lymphocytes B qu'on appelle centrocytes-like qui sont à l'originede lymphomes de MALT.

    – Follicules lymphoides : zone B dependante riche en LB.

    – Zones inter-folliculaire : zone T dependante contenant des HEV (high endotheliale veinule) quipermettent l'entrée des lymphocytes qui transitent par le sang dans les plaques de Peyer. En effet lescellules endothéliales sont ici cubiques et expriment des récepteurs sur lesquelles viennent s'accrocherles lymphocytes B et T et se retrouvent alors dans les zones inter folliculaires des plaques de Peyer. LesLT reste dans cette zone et les LB gagnent les follicules lymphoïdes.

    Les Plaques de Peyer ne fonctionnent pas seules mais avec des ganglions lymphatiques mesenteriques.

    15/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    II. Cycle hémolymphatique (ou homing)

    Le cycle hémolymphatique correspond aux cellules qui vont être stimulées par ces plaques de peyer, quivont passer dans les ganglions lymphatiques mésentériques et revenir dans la paroi du TD, non plus dans lesplaques mais sous forme de cellules isolées.

    Les Ag apportés par le bol alimentaire sont captées par les cellules M au niveau du dôme. Ces cellules Mtransmettent ces Ag aux cellules immunocompétentes plus en profondeur. Une fois que ces cellules B et T sont stimulées, activées dans les plaques de Payer, elles passent dans leganglion grâce aux lymphatiques afférents qui vont percer la capsule ganglionnaire. Ces cellules vont terminer leur activation dans les ganglions lymphatiques mésentériques. Les cellules B dansfollicules lymphoïdes et les cellules T dans les zones inter-folliculaires. Elles ressortent par le lymphatiqueefférent jusqu'au niveau du canal thoracique qui lui se jette dans la circulation sanguine.

    Une fois dans le sang, ces cellules reviennent, sortent des vaisseaux sanguins par les HEV et viennent coloniserà la fois la muqueuse et le revêtement épithélial de la paroi intestinale.Elles reviennent préférentiellement dans l'organe dans lequel elles ont été stimulées au départ mais, du fait deséchanges entre les différents organes du MALT, elles peuvent également aller dans l'arbre respiratoire parexemple.

    CR : cette notion de homing, ou adressage, est importante pour le prof.

    III. Organisation des cellules immunitaires isolées dans la muqueuse digestive

    – Les lympocytes intra-épithéliaux :

    – Très nombreux lymphocytes T, surtout CD8+ (et plus rares lymphocytes T γδ)

    – Dans le chorion :

    – LB et des plasmocytes qui sécrètent de l'IgA

    – LT CD4+

    – Macrophages

    16/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    IV. Le systeme GALT : mecanisme de secretion des IgA à la surface intestinale

    L'IgA est sous forme de dimères reliés pour une chaîne J. Elles sont captées par la piece secretoire au niveaudu pole basal de l'enterocyte, le complexe est internalise et reexprime à la membrane au pole apical. Uneenzyme clive ensuite la pièce sécrétoire laissant persister le composant sécrétoire accroché à la chaîne J reliantles 2 IgA. Cette IgA se retrouve dans la lumière intestinale ce qui permet de capter les Ag présents dans lalumière intestinale.

    H. Les amygdales

    L'Anneau de Waldeyer est constitue par les amygdales palatines, linguales, pharyngees et tubaires.

    Le prof n'a pas eu le temps de terminer et finira au cours suivant !

    17/18

  • DIGESTIF – Le tube digestif

    Tout d'abord merci à Manon sans qui je ne me serais même pas réveillée ! Je crois que je ne compte même plusle nombre de fois où tu m'as sauvé la vie ! Tu mérites une médaille pour me supporter encore aujourd'hui ! Etaussi par ce que t'es la meilleure des colocs ! Avec Alix !(soit pas jalouse ! Fallait pas toucher à mon prénom!) Dédicace à la meilleure des correctrices !